FIA F2 - Rétrospective d'une saison 2017 rondement menée ! (3/4)

La troisième partie de la saison démarre en Hongrie, sur le tourniquet de Budapest. Lors du meeting précédent à Silverstone, Prema Racing a frisé la correctionnelle en ne prenant aucune pénalité lorsque l'extincteur de Charles s'est vidé tout seul en course 1. Pas sûr qu'ils soient aussi chanceux la prochaine fois.

Le week-end démarre comme souvent maintenant avec une pole position de Charles, sa septième de suite et qui constitue un nouveau record dans l'histoire de la F2/GP2. Malheureusement, l'équipe a apporté des modifications au différentiel et celui-ci est devenu illégal aux yeux des commissaires. La sanction est immédiate : Charles est disqualifié !

Sur la grille de départ de la course 1, il se retrouve donc dix-neuvième mais à la fin du premier tour, le voilà déjà onzième.
Petit à petit, le Monégasque remonte vers le haut du classement et grâce à une très bonne gestion de ses pneus, il termine finalement quatrième, au pied du podium. L'un des moments forts de la course aura été sa superbe bataille avec Albon. Ce ne sera pas la dernière.

En course 2, Charles s'élance cinquième et termine quatrième. Le circuit du Hungaroring ne manque pas à sa réputation et fait une nouvelle fois office de somnifère. Il y est très difficile de doubler et seul le dépassement de Charles sur Markelov nous a tenu éveillés. Néanmoins, l'avance du Monégasque au championnat reste considérable : 54 points !

En Belgique, Charles reprend son habitude de pole positions et cette fois-ci, il devient l'auteur du plus grand nombre de poles de toute l'histoire du GP2 et donc de la F2. La demi-seconde d'avance sur le deuxième est toujours là.

En survolant la course 1 de la tête et des épaules, Charles croit remporter sa cinquième victoire de la saison,  mais non, les commissaires l'excluent cette fois de la course pour une usure trop importante du font plat. Le tarif est le même pour Oliver Rowland, deuxième, même si l'on ne parle que de dixièmes de millimètres pour les deux leaders du championnat. C'est Markelov qui hérite donc de la victoire et de la deuxième place du championnat. Rappelons que ce jour-là, Charles gagne la course avec la folle avance de 25 secondes sur son premier poursuivant !

Le lendemain, la course 2 est très intéressante puisque Charles s'élance dix-neuvième, juste derrière Rowland. A la mi-course, le Monégasque est déjà revenu à la huitième place alors que son rival peine à la douzième. Finalement, Charles termine à une superbe cinquième tandis que Rowland n'est que huitième. Au championnat, il dispose maintenant de 59 points d'avance sur le Britannique et même si son week-end a semblé chaotique, son avance augmente de 3 points.

En arrivant à Monza, Charles aurait pu être champion tant son avance est énorme mais les deux disqualifications repoussent l'échéance.
En qualifications, il est gêné par deux drapeaux rouges et ne signe que le septième temps. Néanmoins, nous n'avons aucun doute sur son rythme de course.

Pour la première fois de la saison, il pleut ! En course 1 c'est Matsushita qui s'élance depuis la pole position après un nombre de tours interminable derrière la Safety Car. A la fin du premier tour, Nyck de Vries est en tête devant Charles qui a pris un départ absolument canon ! A la mi-course, les deux anciens équipiers chez ART GP en GP3 ne se tiennent qu'en deux secondes mais la lutte se poursuit jusque dans le vingtième tour, moment où Rowland voit sa roue arrière gauche se faire la male après son changement de pneus. La Safety Car entre brièvement en piste mais la course est relancée pour les deux derniers tours.

Au bout de la ligne droite, Charles est à la hauteur de de Vries mais il manque son freinage et est obligé de laisser repasser le Hollandais.
Dans l'affaire, Ghiotto fait la bonne opération puisqu'il les dépasse tout les deux. Au début du dernier tour, de Vries et Ghiotto sont côte à côte dans la ligne droite. Les deux pilotes manquent leur freinage mais de Vries parvient tout juste à passer la première chicane. Grâce à une meilleure motricité, Charles remonte à la hauteur de Nyck de Vries lorsque Matsushita surgit devant eux. Pourtant, le Hollandais a les yeux rivés dans ses rétroviseurs et met un grand coup de volant en direction du Monégasque qui ne peut rien faire autre que d'aller taper le rail de sécurité. Il termine dix-septième et fou de rage ! D'ailleurs, les réseaux sociaux ne tardent pas à s'enflammer et Nyck de Vries en prend pour son grade.

La victoire revient donc à Luca Ghiotto (il sera déclassé plus tard) devant Antonio Fuoco qui réalise son seul véritable bon week-end de la saison. Heureusement pour lui, cela se passe à Monza, devant ses fans.
On connait la ferveur des tifosis mais il faut aussi se rendre à l'évidence : jusqu'à présent, sa saison est transparente car il ne totalise que 67 points quand Charles en possède déjà 218. Rappelons que les deux pilotes sont dans la même écurie et qu'ils bénéficient tous les deux du soutient, de l'entrainement et du simulateur de la Ferrari Driver Acedemy...

En course 2, Charles, Rowland et de Vries se retrouvent en fond de grille. Après être parti dix-septième, le Monégasque pointe quatorzième après le premier tour et termine la course au neuvième rang. Au soir d'un week-end très bizarre, Charles n'a pas marqué le moindre point, même chose pour Rowland, alors que Markelov n'en a marqué que deux.

La suite et fin de nos rétrospective arrive très bientôt avec les meetings de Jerez et d'Abu Dhabi !

Photo : Zak Mauger/FIA Formula 2