FIA F2 - Rétrospective d'une saison 2017 rondement menée ! (4/4)

La dernière partie de notre rétrospective démarre à Jerez, là où Charles peut déjà être sacré. Sur ce circuit, la pole position est un élément plus que déterminant car il est très difficile de dépasser. Lors des qualifications, Charles use d'une très bonne stratégie en utilisant un train de pneus de plus que ses adversaires et s'offre la huitième pole position de la saison, en onze weekends de courses. Il faut plier l'affaire au plus vite.

En course 1, Charles conserve sa première place au départ. Lorsqu'il passe par les stands au onzième tour, il dispose déjà de 11 secondes d'avance sur Rowland. Le tarif est simple : une seconde au tour ! Cependant, son relais avec les pneus tendres ne se passe pas aussi bien qu'il le voudrait puisqu'il ne parvient pas à gérer aussi bien la dégradation de ses pneus. Au vingt-deuxième tour, Rowland a déjà rattrapé la moitié de son retard. A 7 tours de l'arrivée, l'écart n'est plus de 5 secondes alors que Ferrucci termine sa course dans le bac à graviers du premier virage après un contact avec Matsushita.

La Safety Car est envoyée en piste (avec deux tours de retard), ce qui peut complément ruiner la course de Charles, en difficulté avec ses pneus. Ce qui peut la sauver en revanche, c'est l'incompétence des organisateurs puisque 2 voitures à un tour séparent Charles de Rowland. La direction de course qui n'est pas celle de la FIA au cours de ce week-end a tout fait à l'envers et ce n'est pas fini. La course reprend à 3 tours de l'arrivée et le Monégasque parvient à légèrement distancer Rowland qui est sorti de la zone DRS.

Au début du dernier tour, Charles est toujours en tête mais il est à l'agonie avec ses pneus ! Heureusement pour lui, Deletraz (à un tour) dépasse Rowland alors qu'il devrait être soumis au régime des drapeaux bleus, inexistants ce week-end ! Finalement, le drapeau à damiers qui semblait si loin est là pour offrir le titre à Charles, son deuxième en monoplace ! Sur le podium, l'organisation est égale à ce qu'on a vu jusqu'ici : une grosse blague. L'hymne Français retentit en l'honneur de Charles et tout le monde explose de rire. Fort heureusement, l'hymne Monégasque est vite envoyé mais la légèreté de l'organisation est vraiment à souligner.

La course 2, démarre avec Charles en huitième position. Dans les premiers tours, il se bat surtout avec Fuoco puisqu'ils se passent et se repassent sans cesse. Au treizième tour, l'Italien passe par les stands pour changer des pneus et laisse son équipier se battre avec Albon.
Au tour suivant, Charles entre aussi aux stands, preuve que les Prema Racing ont énormément de problèmes en dégradation de pneus.
Le Monégasque ressort en seizième position, à 4 secondes de Fuoco qui s'est pourtant arrêté au tour précédent. Le temps perdu est énorme.

Pour les Prema, la deuxième partie de course est plus favorable grâce à leurs pneus neufs. Après une belle remontée, Charles se dirige vers une très bonne quatrième place mais au début du dernier tour, il se fait dépasser par Fuoco et Ghiotto. A la fin du premier secteur, l'avance du Monégasque sur Nyck de Vries est de presque 4 secondes mais ses pneus sont tout simplement en fin de vie. Sous le drapeau à damiers, Charles se fait souffler la sixième place pour trois dixièmes ! Il était vraiment temps que ça se termine. Néanmoins, le principal reste le titre obtenu la veille.

La dernière manche se déroule à Abu Dhabi et on annonce une signature imminente de Charles en Formule 1 avec Sauber. Pour la dernière qualification de l'année, c'est Artem Markelov qui signe le meilleur temps, Charles n'est que sixième.

En course 1, il s'élance avec une stratégie décalée. Il est en pneus tendres (comme de Vries qui est deuxième) alors que les autres sont en médiums. Alors qu'il est septième à la fin du premier tour, Fuoco est déjà retombé huitième alors qu'il partait troisième. Après les arrêts des pilotes en medium, de Vries se retrouve logiquement en tête avec une seconde d'avance sur Charles qui lui a déjà repris 3 secondes. C'est au douzième passage que le Monégasque prend l'avantage, et au vingt-troisième il entre aux stands pour changer de pneus. Le nouveau champion Formule 2 ressort en cinquième position et parvient à remonter jusqu'à la troisième.

Dans le dernier virage du dernier tour, Charles ralenti ostensiblement et offre la troisième place à Fuoco qui, sur décision de l'équipe, doit finir troisième pour sauver son propre championnat. Charles respecte la consigne et gagne une place sur la grille du lendemain, c'est une maigre consolation. Signalons qu'à la fin du deuxième secteur du dernier tour, il avait encore 6 secondes d'avance sur son équipier. Cette stratégie ne sert finalement à rien puisque Charles termine deuxième, après la disqualification de Rowland (font plat trop usé comme en Belgique) et celle de Fuoco pour une pression de pneus trop basses par rapport à la norme minimum.

La course 2 est la dernière de la saison. Charles s'élance septième mais il gagne deux positions en quatre virages. Au onzième tour, il dépasse de Vries pour la quatrième place alors que l'écart avec Albon en tête de la course est de presque 6 secondes. En fin de course, le Monégasque est revenu sur les talons du Thaïlandais. Dans le tout dernier tour, Charles touche légèrement Albon à l'amorce de l'épingle du premier secteur.
Les deux pilotes parcourent les 600 mètres de ligne droite côte à côte, Albon essayant de tasser Charles au maximum afin de lui rendre la monnaie de sa pièce. Pourtant, il n'a pas d'autre choix que de céder, le Monégasque étant mieux placé au freinage. Alors qu'il ne reste plus qu'une dizaine de virage à parcourir, Charles prend la tête après une manœuvre magnifique. Sous le drapeau à damiers, le champion 2017 fait ses adieux à Prema Racing et à la Formule 2 de la plus belle des manières !

Au soir de la dernière course de la saison, c'est déjà le moment de faire les comptes. Charles a remporté 7 victoires et il est monté 10 fois sur le podium en d'avoir signé la pole position à 8 reprises. Il a terminé 15 fois dans les 5 premiers en 22 courses, preuve d'une saison qu'il a dominée de la tête et des épaules !

En 2018, Charles débarque en Formule 1, c'est une nouvelle carrière qui commence, une nouvelle page à écrire ! Nous espérons que celles-ci seront longues et très belles. En tout cas, nous serons toujours présents pour le soutenir quoi qu'il arrive.

Enfin, sachez que nos prochains articles seront bientôt en ligne.
Nous avons prévu de publier le calendrier 2018 pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, un règlement simplifié et les stats Monégasques en Formule 1. Tout cela avant la présentation de l'Alfa Romeo Sauber, prévue normalement fin février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *