F1 - Monaco : Charles en Q2 pour la troisième fois de suite !

Pour notre dernière journée au circuit, nous arrivons tôt dans l'espoir de voir l'espace de quelques instants Charles et ainsi, d'éviter la cohue que nous avons pu vivre hier à la place d'armes. Nous finissons donc par le rencontrer devant le motorhome Sauber. Quand il voit notre drapeau, un photographe ne résiste pas à l'envie de prendre Charles avec.
Cette photo figure dans la galerie du site officiel de Sauber (c'est aussi celle qui illustre cet article) et c'est une grande fierté pour nous. Nous en avons refait une autre quelques instants après, que vous pouvez voir sur notre compte Twitter. Pour l'anecdote, sachez qu'en 2014, aux débuts de Charles en monoplace, nous lui avions dit qu'un jour viendrait où nous nous retrouverions à Monaco, de chaque côté du grillage du paddock de F1. Il nous avait dit qu'il l'espérait de tout cœur, voilà nos rêves réalisés !

Après ça, Charles part pour les essais libres 3 que nous suivons depuis la tribune de la Rascasse. Côté piste, il n'y a pas grand chose à dire puisque chacun travaille pour la qualification. Les écarts entre la quatorzième et la dix-huitième place sont très minces et il faudra être dans le bon dixième pour passer en Q2. Charles a le potentiel pour y parvenir, Verstappen l'a tout autant, jusqu'au moment où il touche légèrement le rail intérieur de la deuxième chicane de la piscine.
Le Hollandais casse sa suspension avant droite, décolle sur le vibreur et vient s'écraser dans le rail de sécurité face à lui. C'est exactement la même erreur qu'il avait déjà commise l'an dernier au même endroit.
Les mécaniciens Red Bull vont avoir énormément de travail pendant la pause de deux heures ! Pas sûr que le plus vieux rival de Charles puisse participer à la Q1.

Pour les qualifications, nous suivons la séance dans la montée de Beau Rivage qui mène vers le Casino.

Q1 - 18 minutes :
Rapidement dans le rythme, Charles signe un bon chrono qui le place provisoirement septième en 1'13''344. Pendant ce temps, Verstappen rumine son accident des essais libres et ne participe pas à cette séance. Sa boîte de vitesse doit également être remplacée, ce qui ne change pas grand chose à son problème. Il partira dernier.

A trois minutes de la fin de Q1, Charles est à quelques millièmes de la Q2 et il repart à l'attaque et signe une deuxième fois le septième temps ! Cette fois il est en 1'12''829, c'est le tour du siècle ! Contrairement au Monégasque, Ericsson ne parvient pas à se sortir de la Q1 et ne signe que le dix-septième temps. L'écart entre les deux Sauber est de plus de quatre dixièmes. Sur les 6 premières séances qualificatives de la saison, Charles a battu son équipier à 4 reprises.

Les éliminés : Hartley, Ericsson, Stroll, Magnussen et Verstappen.

Q2 - 15 minutes :
Pour son premier tour chrono, Charles signe 1'13''093 qui le place devant Romain Grosjean. Sa deuxième tentative en 1'12''714 le laisse quatorzième mais ça suffit pour devancer le pilote Haas même s'il a légèrement amélioré. A cet instant, on se souvient de la victoire d'Olivier Panis en 1996 qui s'élançait depuis la même position que Charles, preuve que tout est possible à Monaco !

Les éliminés : Hulkenberg, Vandoorne, Sirotkin, Charles et Grosjean.

Q3 - 10 minutes :
La bataille pour la pole position oppose clairement Daniel Ricciardo qui domine le week-end depuis jeudi et le reste du peloton. La vraie question est de savoir qui l'accompagnera sur la première ligne.

Après la première tentative, Ricciardo colle quatre dixièmes à Hamilton, Vettel et Raikkonen qui eux, se tiennent en 0'005 ! Une fois la seconde terminée, c'est Vettel qui se montre le plus rapide des autres et se place deuxième, à deux dixièmes de l'intouchable Ricciardo. Hamilton n'a pas amélioré et reste troisième devant Raikkonen alors que Ocon a une nouvelle fois pris l'avantage sur Perez.

Enfin, nous souhaitons remercier les personnes que nous avons rencontrées tout au long du week-end et qui nous sont venues en aide pour le bien de notre site. Elles se reconnaîtrons. Vraiment et du fond du coeur, MERCI BEAUCOUP !

Photo : sauberf1team.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *