Charles vu par ses anciens team managers (2/2)

Nous continuons notre tour d'horizon des anciens patrons de Charles et cette partie porte sur la monoplace, c'est à dire entre 2014 et 2018.
Pour rappel, nous avons posé deux questions à chaque personne concernée que voici :

- Quelle est votre réaction suite à sa titularisation chez Ferrari ?
- Quelle est la chose ou le souvenir qui vous vient en premier lorsqu'on vous parle de lui ?

2014 : Martin Young (Fortec Motorsport) :
"Je suis vraiment fier de voir Charles partir chez Ferrari. Tout au long de sa carrière, il a démontré qu’il a beaucoup de talent et qu’il est de loin l'un des jeunes pilotes les plus talentueux avec lesquels j'ai travaillé. Il est tellement soucieux de son niveau […] Je lui souhaite tout le succès possible pour l’année prochaine et j’espère qu’il pourra montrer sa vraie force et devenir un champion du monde Ferrari !

Ce n’a pas toujours facile de travailler avec Charles, il a toujours voulu gagner ou être le plus rapide mais c'était toujours gratifiant. Je pense que certains de ses meilleurs résultats cette année-là ont été les deuxièmes places au Nürburgring et à Budapest en Eurocup plutôt que ses victoires à Monza en ALPS. Sa capacité à écouter et à apprendre était très enrichissante pour nous."

2015 : Frits van Amersfoort (Van Amersfoort Racing) :
"Comme Charles le dit lui-même, c’est un rêve qui se réalise, bien que je sois un peu inquiet et que je me demande si ce n’est pas un peu trop tôt.
Il ne faut pas sous-estimer la politique de Ferrari où Vettel est désormais le numéro 1. Nous espérons que nous pourrons voir de bonnes courses entre Charles et Max. C’est un gars vraiment sympa, qui a été rapide dès son premier roulage avec nous en décembre 2014. Il est toujours professionnel, travailleur et surtout très modeste !"

2016 : Sébastien Philippe (ART GP) :
"Forcément, je suis très heureux pour lui parce que c’est amplement mérité. C’est une récompense de plus après un parcours qui a été exceptionnel en formule de promotion. Ce qui lui arrive est plus que mérité surtout que humainement, il n’a pas changé d’un iota. Quand je l’ai eu en GP3, c’était encore une jeune pilote en pleine évolution. Aujourd’hui, je continue à le côtoyer via Frédéric Vasseur et Sauber et je vois qu’il est resté le même. Je suis surtout très heureux que ça arrive à quelqu’un qui est fantastique humainement." 

Ce qui me surprend toujours chez lui c’est l'humilité qu’il a vraiment gardé en arrivant en Formule 1. C’est quelqu’un qui est très à l’écoute, très humble par rapport à son talent. Je n’en garde qu’un bon souvenir. On sait tous qu’il est rapide mais je pense qu’on le verra encore plus l’an prochain. Il a les capacités pour que ça le fasse tout de suite et je trouve qu’il s’améliore encore plus au fil du temps. Je veux dire par là qu’il était meilleur en Formule 2 qu’il ne l’était en GP3 et il est encore meilleur cette année qu’il ne l’était l’an dernier. Je pense qu’il n’est pas encore arrivé au summum de ce qu’il sait faire et qu’il a l’opportunité de le faire très vite grâce à Ferrari. Je ne suis pas du tout inquiet et je suis persuadé qu’il sera tout de suite rapide. Je ne pense pas qu’il sera le numéro 2 de Vettel et qu’il n’y a aucune raison pour qu’il le devienne." 

2017 : René Rosin (Prema Racing) :
"Pour nous et notre équipe, voir Charles arriver dans ce genre d’équipe de Formule 1 est une immense fierté. Pour vous dire, j’ai du mal à vous décrire l’émotion que ça nous a procuré parce que c’est un succès pour lui, bien entendu, mais également pour nous via tout le travail que nous avons fait ensemble. Il a une détermination sans limite, il prend chaque chose aussi petite soit-elle et veut toujours l’améliorer. Le voir chez Ferrari nous comble de joie mais ce n’est rien à côté de l’émotion qu’il nous a fait vivre. C’est le premier pilote Prema qui intègre la scuderia. Nous travaillons avec la Ferrari Driver Academy depuis plusieurs années et voir le succès de cette académie grâce à Charles nous rend vraiment fier parce que nous en faisons aussi partie.

Ce qui me vient en premier lorsqu’on parle de lui c’est une fois encore sa détermination, et son envie presque maladive de s’améliorer. Que ce soit après le premier test avec nous ou après la fin de la saison, il nous a toujours demandé où est-ce qu’il pouvait s’améliorer et comment il devait faire pour y parvenir. Il est à l’extrême de la perfection. Son week-end à Baku était aussi incroyable puisqu’il a perdu son père trois jours plus tôt. Selon moi, aucun autre pilote aurait été capable de faire ce qu’il a fait ce week-end-là. Certains auraient pleuré, d’autres n’auraient pas eu le moindre résultat. Lui a trouvé la force de continuer.
En essais libres, il n’a fait que 5 tours entre les drapeaux rouges, le traffic et les drapeaux jaunes. Il arrive en qualifications avec seulement trois tours rapides dans les jambes et il signe la pole position avec presque six dixièmes d’avance sur le deuxième. Il aurait même pu gagner les deux courses sans sa pénalité de la course 2."

2018 : Frédéric Vasseur (Sauber) :
"C'est une suite logique dans sa carrière car il a fait un excellent début de saison en Formule 1. Je pense qu'il a les capacités pour aller très vite mais il a encore énormément de choses à découvrir. Etre un pilote Ferrari, la pression d'avoir Vettel en tant qu'équipier [...] Je pense que c'est sa manière de gérer tout ça qui déterminera son début de saison.
La marche est importante entre faire de bons résultats chez Sauber et en faire chez Ferrari car les jours où nous avons de mauvais résultats, ça passe inaperçu. Chez eux, ça se verra de suite mais il en est très conscient.

Je n'ai pas de souvenir en particulier parce que je pense plus à la prochaine course qu'aux précédentes. Je pense qu'il a une grande capacité à motiver les gens autour de lui et de son projet. Il arrive à tirer le meilleur parti de tout le monde et c'est ce qui fait sa force. En plus d'être rapide et d'être un très bon pilote, c'est quelqu'un de charismatique." 

 

2 réflexions au sujet de « Charles vu par ses anciens team managers (2/2) »

  1. Excellente idée , cette compile de vécus. Grand merci.
    ....ah bakou 2017 ! 5 tours d'EL , puis pole et quasi 2 victoires ...!
    Un must !

Les commentaires sont fermés.