F1 2021 - Baku : manque de puissance mais des points importants à la clé !

Si Charles, sûrement quelque peu aidé par Hamilton hier a signé une magnifique pôle, on attend surtout que cela se confirme aujourd'hui, avec pourquoi pas un podium ou même une victoire ! Il faudra déjà bien soigner son départ afin d'arriver au virage cinq en tête et l'enjeu est simple : prendre suffisamment d'avance avant l'activation du DRS.

A 14h00, il est l'heure de faire rugir la SF21 Monégasque.

A l’extinction des feux, Charles en gommes tendres comme ses douze poursuivants, arrive assez simplement à conserver le bénéfice de sa pôle avec un Hamilton dans ses rétroviseurs, qui ne semble pas vouloir faire des étincelles dès les premiers virages. Bien que visiblement compétitif sur ce premier run, Charles n'arrive pas à distancer la Mercedes et la Red Bull de Verstappen.

A la fin du deuxième tour, sur cette longue ligne droite des stands, c'est aujourd'hui Charles qui donne l'aspiration à Hamilton et doit concéder la première position. Charles, bien dans sa course, reçoit les instructions de son stand mais reste silencieux, il doit maintenant gérer des pilotes tels que Verstappen, Perez et Gasly. Hamilton, très fort sur le dernier secteur, laisse peu de chances à la Ferrari de pouvoir activer le DRS sur la ligne droite mais à la fin du cinquième tour, Charles se rapproche des échappements de la monoplace 44.

Malgré un pilotage parfait du Monégasque, un tour plus tard, c'est cette fois Verstappen qui profite d'un DRS grand ouvert pour s'emparer de la deuxième position et encore un tour après, Perez qui fait reculer la Ferrari au quatrième rang et le repousse en dehors d'un éventuel podium.

On demande au même moment à Charles ce qu'il pense de la stratégie. Il confirme vouloir rester sur le plan A.

Il rentre aux stands à la fin du dixième tour et repart en gommes dures. Certainement le plan A est d'essayer de faire un seul arrêt mais est-ce que la gomme va pouvoir tenir quarante tours ? On pourrait avoir des surprises en fin de Grand Prix.

Au seizième tour, Charles est pour le moment septième (en attendant le passage aux stands des deux Aston Martin) et gagner les des deux secondes qui le séparent de son copain Gasly semble très compliqué. L'Alpha Tauri est rapide et Charles doit au maximum conserver un peu de fraicheur dans ses gommes pour la fin de course.

A la mi course, c'est maintenant un certain Vettel que Charles a dans ses rétroviseurs pendant que sur le muret des stands, on encourage le Monégasque en lui disant que son rythme est bon et qu'il fait du bon travail.

Au vingt-sixième tour, on lui passe un message pour lui dire où il peut gagner du temps et il se relance à l'attaque de Gasly. En quelques virages il revient à moins de deux secondes du Français et on lui précise qu'il peut encore optimiser le passage de la deuxième courbe.

A la fin du trentième tour, Stroll détruit littéralement sa monoplace à cause de l'explosion d'une de ses gommes ou de la rupture de sa suspension arrière et la Safety Car est déployée. On annonce à Charles que les stands sont fermés et on lui demande de conserver des gommes et freins en température.

Au trente-quatrième tour, toujours sous régime de Safety Car, on annonce à Charles que les stands ouvrent mais qu'il reste en piste.
Maintenant c'est Verstappen qui gère la relance au trente-cinquième tour et pour Charles derrière c'est compliqué. Il se relance mal et doit laisser passer Vettel son ancien coéquipier.

Il reste maintenant dix tours pour Charles dans ce Grand Prix de Baku pour espérer grapiller une ou deux positions mais la tâche semble ardue tant l'Apha Tauri de Gasly est performante sur ce tracé.
Notre Monégasque doit au même moment d'ailleurs, faire attention car il aura bientôt dans ses échappements la deuxième Alpha Tauri.

Coup de tonnerre à quatre tour du drapeau à damier, c'est le leader Verstappen cette fois qui a un problème de gommes et se crashe dans la ligne droite comme Stroll et fait entrer la Safety Car pour la deuxième fois. En raison de débris éparpillés dans la ligne droite, on annonce un drapeau rouge avec retour aux stands de tous les pilotes et changement de gommes possible. Charles sort de sa monoplace en attendant la reprise pour une course de 2 tours.

Cela sera un départ arrêté pour les dix-sept pilotes restants et tous repartent en gommes tendres. A l'extinction des feux, Charles tient sa position mais c'est Hamilton qui perd tout en tirant tout droit au premier virage. Il repart seizième. Charles à l'attaque sur Gasly le passe sur la ligne droite mais le français repasse juste avant le premier virage. La bataille est très rude mais correcte avec Norris qui ne passe pas.

Après 2h20 de course intense, Charles passe le drapeau à damier en quatrième position et repart de Baku avec dix points très importants pour le championnat.

Classement de la course :

Image

TOP 5 du championnat des pilotes :
01. M. Verstappen : 105 points
02. L. Hamilton : 101 points
03. S. Perez : 69 points
04. L. Norris : 66 points
05. C. Leclerc : 52 points
...
07. C. Sainz : 42 points

Classement des constructeurs :
01. Red Bull : 174 points
02. Mercedes : 148 points
03. Ferrari : 94 points
04. McLaren : 92 points
05. Alpha Tauri : 39 points
06. Aston Martin : 37 points
07. Alpine : 25 points
08. Alfa Romeo : 2 points
09. Haas : pas de point
10. Williams : pas de point

Déclaration de Charles après l'arrivée :
"L'arrivée, c’était ma partie préférée de la course honnêtement parce que ça bougeait et qu'il y avait de l’action. Je suis content pour Pierre, pour Seb et Sergio aussi, même s’il aura l’occasion d’en faire d’autres cette année j’en suis sûr. Sur le restant de la course, la grande surprise aujourd’hui, c’était Aston Martin. Ils étaient vraiment rapides, que ce soit Lance ou Seb. En revanche, nous nous attendions à voir les Alpha Tauri plus fortes ici. Donc ça a un peu plus de sens. Mais en partant de la pole, ça reste décevant. Je m’attendais honnêtement à ce que les Red Bull et la Mercedes me passent en début de course. On s’attendait à ce qu’ils aient 5 ou 6 dixièmes d’avantage sur nous en rythme et c'est beaucoup ici puisque c’est assez facile de doubler. On s’attendait à un petit peu galérer mais à la fin c’est un week-end positif. Il ne faut pas oublier ce qu’on a fait hier, on a fait des progrès. C’est sûr, ce n’est pas facile quand on voit ce qu’on a fait hier et le résultat d’aujourd’hui mais il faut continuer à bosser."


Photo : ferrarif1.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *