F1 - Jeddah : Charles a tout donné face à Max !

C'est un week-end qui commence de manière compliquée, vendredi, pour la F1, puisqu'une attaque terroriste a lieu sur un dépôt de pétrole d’Aramco, à quelques kilomètres du circuit. Rappelons que cette entreprise est l’un des partenaires les plus importants de la Formule 1. Après plusieurs heures de réunion, il est finalement décidé de poursuivre la compétition dans son intégralité.

Les essais libres :
Chez Ferrari, aucune amélioration n'est prévue ce week-end. Seuls les ailerons ont été modifiés pour favoriser la vitesse de pointe mais c'est le cas pour tout le monde. La bonne marche de Ferrari continue puisque Charles signe le meilleur temps des trois séances. Petit bémol : la touchette du Monégasque avec un mur ainsi que celle de Sainz en FP2 qui leur empêche de simuler un relais avec les médiums.

Les qualifications :
Si les Ferrari passent facilement en Q2, ce n'est pas le cas pour Hamilton qui y reste coincé ! C'est un énorme coup de tonnerre, surtout que c'est la première fois depuis le Grand Prix du Brésil 2017 que ça lui arrive. Le septuple Champion du Monde n'a tout simplement jamais pu trouver le rythme et n'avait pas d'adhérence à l'arrière. Toujours en Q2, Schumacher perd le contrôle de sa voiture et tape violemment un mur de côté. Cet accident crée un grand froid dans tout le paddock. Heureusement, les premières nouvelles sont rassurantes, mais il sera quand même forfait pour la course.

En Q3, Sainz se place en pole provisoire mais Charles le bat sur sa deuxième tentative. On croit alors le Monégasque en pole position mais finalement c'est Sergio Perez qui lui vole pour 25 millièmes ! C'est la première pole position du Mexicain qui place sa Red Bull devant les Ferrari tandis que Verstappen n'est que quatrième.

La course - Premier relais :
Si Perez et Charles gardent leur position au départ, Verstappen efface Sainz dès le premier virage. Dans le premier relais, Charles n'arrive pas à revenir sur Perez. En témoigne sa moyenne de 1'34''855 contre 1'34''737 pour le Mexicain. Celle de Verstappen (1'34''974) est à peine moins bonne que celle de Charles tandis que Sainz, en 1'35''161, est en retrait.

Au seizième tour, l'accident de Latifi joue en la faveur de Ferrari, qui fait croire à un arrêt aux stands. Perez est envoyé aux stands et perd tout lorsque la Virtual Safety Car est activée. Le Monégasque en profite pour s'arrêter le tour d'après et ressortir en tête. Entre temps, la Safety Car entre en piste, on apprécie le petit coup de chance et la jolie prouesse stratégique des rouges.

La course - Deuxième relais :
Au restart, tout le monde est en pneus durs (blancs). Charles résiste aux assauts de Verstappen et le sort très rapidement de sa zone de DRS. Suite à quoi, l'écart entre les deux rivaux de toujours ne cesse d'évoluer entre 1''2 et 1''5 secondes. A cet instant de la course, la vitesse de pointe des Red Bull n'est plus aussi importante qu'en qualification mais ça ne va pas durer. Au trente-huitième tour, Ricciardo et Alonso abandonnent dans l'entrée de la voie des stands après avoir connus deux problèmes techniques différents. Juste avant que la Virtual Safety Car soit activée, la moyenne de Charles est en 1'33''295, celle de Max en 1'33''396. C'est très serré.

La bataille avec Verstappen :
A la reprise, Charles perd beaucoup de temps lors de son tour de relance, sûrement à cause de pneus pas encore en température. Max n'en demande pas tant et en profite pour revenir dans sa zone DRS. Durant trois tours, les deux leaders nous offrent un superbe duel, jusqu'au point de piler devant la ligne d'activation du DRS pour ne pas la donner à l'autre...

Finalement, avec les réservoirs de plus en plus légers, l'énorme vitesse de pointe de la Red Bull refait surface. Bien aidé par son moteur mais aussi par le DRS, Verstappen fini par dépasser Charles sans difficulté. La moyenne du Champion du Monde entre son dépassement et l'arrivée est de 1'32''489 contre le 1'32''615 pour le Monégasque.

L'arrivée :
Sous le drapeau à damier, Verstappen remporte une belle victoire, acquise après une grosse bagarre. On ne peut rien reprocher ni à l'un ni à l'autre. Charles a tout essayé et s'est défendu comme un lion. Il repart toujours en tête du championnat et même avec le point du meilleur tour en course. Un peu en retrait durant toute la course, Sainz termine troisième. Il est quand même parvenu à laisser Perez derrière lui.

Les moyennes sur l'ensemble de la course :
01. C.Leclerc : 1'33''588
02. M.Verstappen : 1'33''620
03. S.Perez : 1'33''646
04. C.Sainz : 1'33''710

Statistiques après le GP de Bahreïn :
- Quinzième podium en F1, son cinquante-sixième en monoplace.
- Première fois de l'histoire qu'un Monégasque est en tête du Championnat du Monde de Formule 1 deux Grand Prix de suite.

Classement de la course :
Image

Classement du championnat des pilotes :
01. C.Leclerc : 45 points
02. C.Sainz : 33 points
03. M.Verstappen : 25 points
04. G.Russell : 22 points
05. L.Hamilton : 16 points
06. E.Ocon : 14 points
07. S.Perez : 12 points
- K.Magnussen : 12 points
09. V.Bottas : 2 points
10. L.Norris : 6 points

Classement du championnat constructeurs :
01. Ferrari : 78 points
02. Mercedes : 38 points
03. Re Bull : 37 points
04. Haas : 12 points
05. Alpine : 8 points
06. Alfa Romeo : 9 points
07. Alpha Tauri : 8 points
08. McLaren : 6 points
09. Aston Martin : 0 point
10. Williams : 0 point

Déclaration de Charles après la course :
"
C’était bien, mais ce n’était pas assez pour gagner aujourd’hui. Par contre, j’ai vraiment pris du plaisir en piste. C’était dur mais juste et toutes les courses devraient être comme ça. C’était amusant même si je suis évidemment déçu car je voulais gagner aujourd’hui. Nous étions rapides en virages et lents en lignes droites car nous avions plus d’appui. Donc c’était très dur pour moi de couvrir Max en ligne droite. Il a fait un excellent travail et c’était une très bonne course. Le respect a toujours été là, surtout quand vous finissez une course comme celle-là. On est sur un circuit urbain, on a attaqué comme rarement on a pu le faire et l’on prend des risques mais évidemment, je suis un peu déçu."

 


Photo :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.