F1 2022 - Singapour : Charles a tout donné

Après trois longues semaines sans une course, nous sommes à Singapour ! C'est la dix-septième course de la saison et la première chance de titre pour Verstappen. Ferrari et Charles semblent sereins avant d'arriver sur le circuit, les deux sont d'accord pour dire que la fin de saison sera surtout là pour apprendre des erreurs commises de cette année et surtout de s'améliorer au vue de la saison 2023. Cependant, est-ce que Charles arrivera à repousser le sacre de Max ? N'oublions pas que mathématiquement parlant, le Monégasque a encore ses chances ! Ne vendons pas la peau de l'ours trop vite.

Dans la première séance d'essais libres, Max semble très en forme, et aligne les meilleurs chronos sur une piste en grande partie resurfacée. De son côté, Charles doit rester dans son stand pendant une vingtaine de minutes suite à un problème de frein à l'avant droit. Lorsqu'il prend la piste, il signe le deuxième temps derrière Hamilton. Pour la deuxième séance, Max sort après 20 minutes, Charles après 35 et signe une nouvelle fois le deuxième chrono, cette fois derrière Sainz.

Samedi, la journée débute sous une pluie battante. Finalement, sur une piste séchante, Charles signe le meilleur temps de la dernière séance libres, une demi-seconde devant Max !

Les deux premières séances de qualifications se passent en pneus intermédiaires et comme souvent, les Ferrari et les Red Bull arrivent jusqu'en Q3 sans trop de difficultés.

Comme presque tout le monde, Charles débute la Q3 avec des pneus slicks. Seuls Tsunoda et Magnusen restent en intermédiaires. La piste s'améliore rapidement, et la pole provisoire change au fur et à mesure des passages de chacun. En fin de séance, Charles signe la pole provisoire mais Verstappen doit encore terminer son tour. Dans le dernier secteur et pourtant en avance d'une seconde sur le chrono du Monégasque, Red Bull rappelle son pilote aux stands car il n'y a plus assez d'essence dans le réservoir ! Il ne se classe finalement que huitième et est très très remonté contre son équipe.

Grâce à cette erreur, Charles s'offre sa dix huitième pole en carrière et se rapproche des vingt trois de Niki Lauda. C'est aussi sa neuvième pole de la saison, ce qui fait de lui le premier pilote Ferrari à y parvenir depuis Schumacher en 2000 !

Dimanche, la piste est détrempée et le départ du Grand Prix doit être retardé d'une heure. Sans surprise, tous les pilotes choisissent des pneus intermédiaires.

A l'extinction des feux, Charles ne prend pas un bon départ et Perez en profite pour se porter en tête. Derrière, Sainz passe Hamilton en le tassant à l'extérieur. Parti huitième, Verstappen rate totalement son départ et se retrouve douzième.

Rapidement, Perez et Charles s'envolent tandis que Sainz roule, le coude à la portière, une seconde moins vite au tour que son coéquipier. Au huitième tour, le Safety Car sort pour la première fois pour évacuer la monoplace de Zhou.

A la reprise, les deux leaders reprennent le large, Sainz continuant à être moins rapide que le duo de tête. Au dix-neuvième tour, Alonso abandonne sur casse moteur et provoque une Virtual Safety Car. Russell tente un coup de poker en choisissant des pneus médiums, mais il est encore beaucoup trop tôt.

Au trente-cinquième tour, Charles est le premier parmi les leaders à monter les pneus slicks. Malheureusement il rate un peu son freinage dans les stands et l'équipe perd environ trois secondes dans le changement. Perez l'imite au tour suivant et repart toujours en tête.

Quelques instants plus tard, Tsunoda termine dans le mur et provoque une deuxième Safety Car. Cette intervention est bénite pour Charles qui était retombé à 8 secondes de Perez. A la reprise, Verstappen bloque ses roues en tentant de dépasser Norris et fini dans l'échappatoire. Il repart dernier, change ses pneus et se retrouve bon dernier.

A ce moment, Charles semble très à l'aise et se met à attaquer. Il parvient à s'approcher à une seconde quand la direction de course autorise le DRS. Il fait tout ce qu'il peut, met une pression énorme sur Perez, en difficulté avec son moteur, mais rien n'y fait. Il ne parvient pas à s'approcher suffisamment pour dépasser avec le DRS. C'est alors qu'on signale au Monégasque que Perez risque une pénalité de cinq secondes à la fin de la course suite à une infraction sous SC. Malheureusement, suite à ses précédentes attaques, ses pneus sont complétement usés et n'arrive pas à se maintenir à moins de cinq secondes.

Finalement, Perez remporte la course devant Charles et Sainz tandis que Verstappen ne fait pas mieux que septième. Il ne sera pas champion ce week-end. Du côté des constructeurs, Ferrari fait la bonne opération en augmentant son avance à 66 points sur Mercedes ! Che les pilotes, Perez revient à deux points de Charles pour la place de vice-champion.

Classement de la course : 
Image

Top 5 du championnat pilotes : 
01. M. Verstappen : 341 points
02. C. Leclerc : 237 points
03. S. Perez : 235 points
04. G. Russell :  203 points
05. C. Sainz : 202 points

Classement des constructeurs : 
01. Red Bull : 576 points
02. Ferrari : 439 points
03. Mercedes : 373 points
04. McLaren : 129 points
05. Alpine : 125 points
06. Alfa Romeo : 52 points
07. Aston Martin : 37 points
08. Haas : 34 points
09. Alpha Tauri : 34 points
10. Williams : 6 points

Déclaration de Charles après l'arrivée :
"J'ai attaqué toute la course, j’ai tout essayé et je suis mort ! Je pense que c’est la course la plus difficile de ma carrière. Je n’ai jamais autant attaqué sur un nombre de tours aussi important, dans des conditions aussi difficiles et sur un circuit en ville où l’on n’a pas le droit à l’erreur. C'est vrai que mon mauvais départ ne nous a pas mis dans une bonne position et ça a rendu ma course plus compliquée. En fin de course j'avais beaucoup de patinage au niveau de mes roues arrières parce que j’ai énormément attaqué en début de relais et je n'ai rien pu faire de plus. Lorsque j’ai su que j’étais à plus de 5 secondes de Sergio, je me suis simplement contenté de ramener la voiture à l’arrivée parce que c’était compliqué de prendre des risques dans des conditions comme celles-là.

En terme de stratégie, de mon coté, j’ai essayé de diminuer les discussions comparé à l’an passé et je passe que c’est un pas dans la bonne direction. Je pense que nous avons fait les bons choix surtout avec des conditions aussi compliquées mais ce n’était pas suffisant pour gagner. En partant premier, ce n’est pas génial de finir deuxième. Une bonne nuit de sommeil et je serai prêt pour le Japon."


Photo : media.ferrari.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.