F1 2022 - Abu Dhabi : Charles est vice-champion du monde !

Ce week-end, c'est la fin de la saison 2022 et pour nous une onzième passée à suivre Charles. Le Monégasque joue le titre de vice-champion face à Perez et même si les rouges ne sont pas favoris, il lui suffit de terminer devant le Mexicain pour devenir, comme en 2013, le dauphin de Max Verstappen.

Vendredi, les essais libres se passent sans encombres. Toutefois et même si les simulations qualificatives sont correctes, c'est sur le rythme de course qu'il manque un peu de performance. La dégradation est importante du côté des rouges et il va falloir trouver quelque chose pour ne pas finir derrière les Red Bull et les Mercedes.

Samedi, lors de la dernière séance libre, les Ferrari semblent un peu plus dans le coup mais malheureusement, encore trop loin des Red Bull sur les simulations de course. Il faudra être très intelligent pour rivaliser !

Lors des qualifications et comme bien souvent, l'accession à la Q3 n'est qu'une simple formalité. Lors de son premier run, Charles semble avoir du mal à aller chercher les cordes lors de certains virages et plus particulièrement à l'amorce des chicanes du deuxième secteur. Son ingénieur lui annonce qu'il perd trois dixièmes aux virages 5, 6 et 7 par rapport à Sainz. Le Monégasque se reprend lors de la deuxième tentative, améliore son chrono et passe même devant son équipier ! Il termine la séance en troisième position, juste derrière les deux Red Bull. Sainz est quatrième et a déjà déclaré qu'il jouerait sa propre carte avant de penser à aider Charles. Quand on connaît son rythme de course par rapport à celui de son chef de file, on ne compte même pas sur lui.

Classement des qualifications :
Image

La course :
C'est l'heure du dernier départ de la saison. Un moment très particulier pour tous, et surtout pour Vettel puisque c'est son dernier en Formule 1. Devant, Charles et Perez sont face à face pour le titre de vice-champion tandis que Ferrari devance Mercedes de 19 points.

Le choix des pneus :
Tout le monde en médiums (jaunes), sauf Magnussen et Bottas en durs (blancs). Gasly est le seul en tendres (rouges).

A l'extinction des feux, Charles prend un départ assez correct, contrairement à Sainz qui se fait dépasser par Hamilton dès le premier virage. Dans le deuxième secteur, l'Espagnol repasse devant le Britannique mais il l'a clairement tassé à la chicane. Le pilote Ferrari laisse repasser la Mercedes pour éviter une pénalité mais au quatrième tour, Mercedes ordonne à son pilote de faire de même. Finalement, après plusieurs tours passés à se faire des politesses, Sainz et Russell passent devant Hamilton qui se plaint d'un manque de puissance. Tout cela fait les affaires de Charles qui s'échappe un peu.

Au seizième tour, Perez est le premier des leaders à revenir aux stands. Il repart septième (en pneus durs) au moment où Charles avait rattrapé les 3 secondes et demie qui le séparaient de lui. De son côté, le Monégasque continue de pousser pendant cinq tours de plus. Il ressort sous le nez de Sainz mais les consignes ont été passées : interdiction de dépasser pour l'Espagnol.

A la mi-course, Verstappen s'échappe de nouveau tandis que Charles regrappille du temps sur Perez. Après l'arrêt, il y avait presque 6 secondes entre les deux candidats au titre de vice-champion, il n'y en a plus que la moitié.

Au trente-quatrième tour, Perez passe une deuxième fois aux stands, au moment où l'écart avec Charles n'était plus que d'une seconde et demie. Il repart avec 19,7 secondes de retard sur le Monégasque qui continue de discuter avec son ingénieur d'une éventuelle stratégie à un seul arrêt qui semble se confirmer.

A dix tours de l'arrivée, Charles est clairement sur une stratégie à un seul arrêt, chose que Red Bull ne pensait pas possible. Ferrari compte sur la dégradation plus importante des pneus du Mexicain pour ralentir sa remontée. On a vu qu'il avait plus de mal en fin de premier relais et cela commence à se confirmer.

Dans l'avant-dernier tour, Perez arrive sur Gasly qui se bat avec Bottas. Le Français reste concentré sur sa bagarre et ne laisse pas passer le Mexicain qui perd du temps. On imagine très facilement que Charles lui paiera un gros verre après ça !

Sous le drapeau à damier, Verstappen remporte une énième victoire cette saison mais le plus important est derrière lui. Deuxième pour un peu plus d'une seconde et au terme d'une extrême tension, Charles devient vice-champion du monde et comme en 2013 (époque où nous le suivions déjà et où nous étions même sur place), il le devient en terminant derrière ce diable de Max Verstappen !

A la conclusion de cette saison, Ferrari est deuxième du championnat des constructeurs avec 554 points. C'est quand même 230,5 unités de plus que les 323,5 de l'année dernière. Oui, Ferrari a fait un très gros pas en avant mais le plus dur est encore à faire. Est-ce que ça suffira à éteindre le feu en Italie et à sauver la tête de Mattia Binotto ? Rien n'est sûr à cet instant.

Classement de la course : 
Image

Voilà, c'est la fin de notre onzième saison passée à suivre Charles et on ne vous cache pas qu'on a déjà hâte de commencer la douzième. Il nous aura fait vibrer toute l'année, nous avons souffert pour lui mais nous continuerons à le soutenir coûte que coûte. L'avenir est pour lui, nous en sommes certain. Ce n'est qu'une question de temps !

TOP 5 du championnat pilotes : 
01. M.Verstappen : 454 points
02. C.Leclerc : 308 points 
03. S.Perez : 305 points
04. G.Russell : 275 points
05. C.Sainz : 246 points

Classement des constructeurs : 
01. Red Bull : 759 points
02. Ferrari : 554 points
03. Mercedes : 515 points
04. Alpine : 173 points
05. McLaren : 159 points
06. Alfa Romeo : 55 points
07. Aston Martin : 55 points
08. Haas : 37 points
09. Alpha Tauri : 35 points
10. Williams : 8 points

Déclaration de Charles à l'arrivée : 
"J'étais à 110% du premier au dernier tour ! Nous avons fait une course parfaite et je suis très heureux car ne nos pouvions pas faire plus. Je savais que pour battre Sergio, il fallait absolument changer notre stratégie par rapport à la sienne. Nous avons décidé de faire de la gestion de pneus et nous l'avons très bien fait ! J'espère vraiment que l'année prochaine nous pourrons faire un autre très gros pas en avant mais il faut surtout se rappeler où nous étions à la fin de l'année dernière. Je trouve que sur cette fin de saison, nous nous sommes améliorés d'un point de vue stratégique et c'est bien de le faire avant l'année prochaine. C'est une bonne manière de partir en vacances."

 

 

 


Photo : XPB Images

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.