F1 2024 - Autriche : Encore de la malchance pour Charles

Le premier Triple header de l'année se poursuit avec le Grand Prix d'Autriche. Le circuit le plus rapide de la saison avait vu Charles remporter en 2022 la course, au terme d'une performance de haute volée (et trois dépassements sur Verstappen, c'est assez rare pour le noter).

La tendance de l'écurie de Maranello depuis la victoire prophétique de Monaco est toutefois assez préoccupante : aucun podium et surtout un manque de sérénité émane des garages. Fred Vasseur et ses deux pilotes sont réalistes mais toujours motivés pour soulever le maximum de trophées. Le package amené à Barcelone est très prometteur mais il doit être largement optimisé. La crainte majeure est la persistance des rebonds dans les virages rapides...

Le week-end est pour la troisième fois de la saison placé sous le qualificatif "Sprint". Il n'y a donc qu'une seule séance d'essais libres, avant que les pilotes ne s'élancent pour une première séance de qualifications dites "Shootout". Après cette heure de roulage seulement marquée par un court problème moteur sur la monoplace de Max Verstappen, Charles et les siens s'attaquent au premier des deux exercices du tour rapide. Les deux Ferrari se hissent sans soucis en SQ3 mais elles n'arrivent pas à se hisser en haut de la feuille des temps.

Les huit minutes de la SQ3 sont malheureusement affligeantes pour Charles : si son équipe attend les deux dernières minutes pour lui enlever ses couvertures chauffantes à l'instar des neuf autres qualifiés, son moteur se coupe momentanément à la sortie de la voie des stands ! Il peut repartir mais le retard pris ne permet pas au Monégasque de débuter un tour chrono... Il s'élance donc P10 du Sprint. Frustré mais toujours dans le sens de son équipe, Charles ne peut que se concentrer sur sa remontée du lendemain.

La journée du samedi voit la course Sprint ainsi que la qualification pour la course. Le départ de Charles est excellent puisqu'il parvient à sauter les deux pilotes Alpine dès le premier virage ! Sa prochaine cible, Sergio Perez, se fait avaler dans le virage six. Au delà de ce début de course enivrant, Norris a porté une attaque sur Verstappen mais, en laissant la porte ouverte au virage 4, permet au Hollandais de reprendre sa position. C'est même Piastri qui fait la bonne opération en prenant le dessus sur Norris. Charles passe le drapeau à damier en septième position, dans le train avec les deux Mercedes et Sainz, et devant Perez.

La qualification n'a pas été passionnante dans la mesure où ce sont les quatre meilleures écuries qui trustent les huit premières places de la grille. Charles, après les qualifications shootout, voulait changer d'approche. En Q3, l'ultime tentative est rapide mais en veut trop de sa Ferrari et part au large dans les deux derniers virages. Il échoue à la sixième position, quand Verstappen signe une nouvelle Pole Position, devant Norris et Russell. Carlos Sainz est quant à lui quatrième.

Dimanche, le vent s'est levé sur le circuit de Spielberg. Il n'y a toutefois pas de risque de pluie. Après la performance du célèbre compositeur Hans Zimmer pour l'hymne autrichien, les pilotes se casquent et s'apprêtent à lancer les festivités. Une stratégie à deux arrêts est préconisée, mais Charles a annoncé que la gestion des pneus allait, encore plus ici qu'ailleurs, jouer un rôle primordial. Tous les pilotes partent en gommes mediums neuves (à l'exception des Aston Martin qui ont des pneus usés).

A l'extinction des feux, Charles s'accroche avec la roue arrière d'Oscar Piastri. Il est contraint de de s'arrêter aux stands pour changer un aileron arrière détruit. Toute sa stratégie doit être revue... Quel gâchis quand les observateurs voient une Ferrari numéro 16 rouler une demi-seconde plus vite que les Mercedes, Sainz ou Piastri... Le calvaire de Charles continue : le Monégasque se plaint de la gomme dure et effectue un deuxième arrêt avant le vingtième tour pour s'en débarrasser. Les stratèges continuent de le motiver en lui prédisant une arrivée dans les points... difficile à imaginer.

Hormis cette nouvelle mésaventure, le début de la course est agréable avec des manœuvres osées. Piastri parvient par exemple à contourner Perez par l'extérieur au virage six de sublime manière. Mais notre excitation est de courte durée car les écarts se creusent et le spectacle s'évanouit peu à peu.

La première vague d'arrêt s'achève et seul Russell semble avoir pris en compte le retour de Charles sur les pneus durs compliqués à gérer puisque le Britannique est reparti en mediums.

A la mi-course, Charles est P18 avec un troisième arrêt mais remonte petit à petit. Il est important de noter qu'il tourne à deux dixièmes de Norris et de Verstappen ! La bataille entre Gasly et Ocon fait rage et anime le circuit. Les multiples défenses (plus que limites) de ce dernier n'ont toutefois pas suffit pour retenir celui qui restera chez Alpine l'an prochain.

Alors que le Charles repart à nouveau de la dix-huitième place, la bataille finale entre Verstappen et Norris s'annonce. Le stress monte progressivement et au tour 59, le protégé de McLaren porte une première attaque mais termine le dépassement hors de la piste au virage 3. Il est obligé de le laisser repasser.

Le moment fort de la course intervient au virage 3 à quelques tours de l'arrivée ! Verstappen tasse une nouvelle fois Norris mais un contact entre les deux hommes forts les font crever ! Le triple champion du monde est clairement fautif et écope de dix secondes de pénalité et termine cinquième quand Norris est lui obliger d'abandonner...

C'est finalement George Russell qui remporte le Grand Prix d'Autriche, le deuxième de sa carrière, devant Oscar Piastri et Carlos Sainz ! Charles termine à la porte des points, onzième, avec beaucoup de rythme mais son aileron cassé lui a privé d'une belle course.

Carlos Sainz comble en une course la moitié de son écart avec son coéquipier. Ce dernier joue encore et toujours de malchance. La performance était là, dommage, cela rapproche tout le monde au classement général. La prochaine course se tiendra à Silverstone.

Notes de CLF :

Fred : 12 | Raphaël : 14 | Franck : 12 | Cédric :

TOP 5 du championnat pilotes :
01. M. Verstappen : 237 points
02. L. Norris : 156 points
03. C. Leclerc : 150 points
04. C. Sainz : 135 points
05. S. Perez  : 118 points

Classement des constructeurs : 
01. Red Bull : 355 points
02. Ferrari : 291 points
03. McLaren : 268 points
04. Mercedes : 196 points
05. Aston Martin : 57 points
06. Racing Bulls : 30 points
07. Haas : 19 points
08. Alpine : 9 points
09. Williams : 2 points
10. Stake Sauber : 0 point

N'oubliez pas que nous sommes sur Facebook !


Photo : Media Ferrari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *