F1 2024 - Silverstone : un weekend à oublier

Une semaine à peine après le Grand Prix d'Autriche, nous voilà pour la dernière course de ce triple header, à Silverstone. Ferrari cherche toujours une solution avec son nouveau package et ses réglages. Espérons que ce week-end mette enfin un terme aux terribles désillusions des trois dernières courses. Charles, fidèle à son habitude, arrive confiant et avec l'envie de bien faire et de se rattraper. Ce week-end, contrairement au précédent, sera sans course sprint.

La journée du vendredi commence par la traditionnelle première séance d'essais libres sur piste sèche, malgré les prévisions de pluie pour les deux prochains jours. De nombreux jeunes pilotes sont présents : Bearman, Colapinto, Hadjar et Doohan. Aucun d'eux ne fait d'erreur, sauf le Japonais Yuki Tsunoda, qui provoque un drapeau rouge dix minutes après le début. Ferrari semble encore en difficulté, Charles se classe huitième, tandis que le meilleur temps revient à Norris, devant Stroll et Piastri.

La journée continue avec la deuxième session, toujours sur piste sèche. La Red Bull de Verstappen chausse rapidement les pneus tendres et aligne un chrono bien meilleur que celui de Charles en médiums. Les Ferrari se concentrent sur les longs relais en médiums et durs. À dix minutes de la fin, la pluie commence à tomber, forçant les pilotes à rentrer aux stands et y rester. Le meilleur temps revient aux deux McLaren, avec Norris en tête, suivi de Perez. Charles signe le cinquième temps.

Samedi, la dernière séance d'essais débute sous une piste humide, avec une température de seulement 11°C. Verstappen est le premier à partir à la faute avec un tête-à-queue sans conséquence. En revanche, la sortie de piste de Pierre Gasly provoque un drapeau rouge. La piste s'assèche de plus en plus, et Verstappen, Hamilton et Charles se disputent la tête du classement avant que Russell prenne la première place devant son coéquipier et Norris. Charles termine sixième, utilisant cette séance pour se familiariser avec les réglages de Sainz.

Les qualifications débutent sous une piste humide avec tous les pilotes en intermédiaires. La piste s'assèche rapidement, et quelques voitures passent aux gommes rouges. Perez, tentant cette stratégie, provoque un drapeau rouge. Tous les pilotes se regroupent dans la voie des stands, anticipant une averse. Les Ferrari réalisent leurs premiers chronos juste avant la pluie, mais celle-ci s'estompe rapidement. Charles signe le troisième temps derrière les deux Mercedes. La Q2 se déroule entièrement sur piste sèche, les pilotes débutant en pneus tendres rodés avant de passer aux neufs. Red Bull annonce des dégâts sur le plancher de Verstappen suite à sa sortie en Q1. Charles améliore son chrono, mais pas suffisamment, se voyant éliminé par Stroll, à un dixième et demi près.

C'est encore un week-end difficile en perspective pour la Scuderia. En revanche, les Flèches d'Argent, en forme depuis le Canada, confirment leur bonne performance en Q3. Russell signe le meilleur temps provisoire lors de la première tentative, suivi de Norris et Hamilton. Pour la seconde tentative, tout le monde améliore. Hamilton prend la pole avant d'être battu au drapeau à damier par son coéquipier. Russell décroche ainsi la pole définitive, suivi d'Hamilton et Norris, formant un triplé britannique ! Sainz partira septième.

Il faudra une très bonne stratégie et des réglages parfaits pour réaliser un exploit demain. Il ne faut pas s'attendre à un miracle, bien que la pluie soit annoncée. Mercedes et McLaren confirment leur bonne forme.

À noter que les pilotes de la Scuderia demandent de revenir à la version de leur voiture d'Imola pour la journée de samedi et la course. Cela ne signifie pas que les évolutions apportées à Barcelone ne fonctionnent pas, mais simplement qu'ils trouvent leur voiture plus facile à conduire. Pour les FP1 et FP2, c'était la version de Barcelone.

Dimanche, jour de course, tous les pilotes sur la grille prennent le départ en pneus médium sauf les deux Alpine et Zhou, qui choisissent les tendres. Perez, quant à lui, part de la voie des stands avec des pneus durs. Au tour de formation, Gasly abandonne déjà suite à un problème de boîte de vitesses.
À l'extinction des feux, tout se déroule sans accroc. Verstappen récupère la troisième place. Charles remonte à la huitième place et Sainz gagne également une position. Le Monégasque reste dans le DRS de Stroll. Les pilotes sont assez calmes en ce début de course, sans doute en attente de la pluie annoncée pour le seizième tour. C'est au treizième tour que Charles trouve l'ouverture sur Stroll et récupère la septième place, juste derrière Sainz. Il y a quatre secondes et demie entre les deux coéquipiers. Norris revient dans la zone de DRS de Verstappen. Au quinzième tour, avec une certaine facilité et surtout à la première attaque, Norris, aidé de son DRS, dépasse la Red Bull du champion du monde.
Au seizième tour, comme annoncé, la pluie arrive, les premières gouttes tombent. Piastri prend l'avantage sur la Red Bull, et Verstappen se retrouve à la cinquième place. D'un coup, Hamilton adopte un rythme de course impressionnant, dépassant Norris puis se retrouvant dans l'aileron arrière de Russell avant de prendre la tête. Pendant ce temps, Charles est toujours septième à huit secondes de son coéquipier.
Les pilotes survivent réellement sur la piste. Au dix-neuvième tour, les deux Mercedes partent à la faute dans le même virage. Norris en profite pour dépasser Russell et prendre la deuxième place. Le DRS est désactivé.
L'écart passe à douze secondes entre les deux Ferrari. Norris prend la tête.
Charles passe par les stands pour chausser des intermédiaires au vingtième tour, pendant que Piastri prend l'avantage sur Russell se saisissant de la deuxième place. Sainz revient comme un boulet de canon sur Verstappen, qui doit préserver au mieux ses pneus. Perez passe également en intermédiaires. Au tour vingt-quatre, le DRS est de nouveau activé, mais seulement pour deux tours. La pluie revient.
Piastri revient sur Norris. Verstappen et Sainz passent par les stands pour chausser des intermédiaires. Ils ressortent cinquième et sixième. Norris passe par les stands, Piastri doit rester en piste. Les deux Mercedes suivent. Charles, seizième, est à plus de trente secondes de Bottas.
Russell sort derrière Verstappen. Piastri, malheureusement pour lui, s'arrête trop tard et sort sixième. Charles chausse à nouveau des intermédiaires et se retrouve dix-septième.
Au trentième tour, le classement est le suivant : Norris, Hamilton, Verstappen, Russell, Sainz, Piastri, Hülkenberg, Stroll, Alonso et Tsunoda. Au tour trente-quatre, Russell doit abandonner à cause d'un problème hydraulique et rentre aux stands.
Hamilton s'arrête au tour trente-neuf, suivi de Verstappen pour chausser des pneus durs sur la Red Bull et des tendres sur la Mercedes. Piastri suit avec des médiums. Charles s'arrête également pour mettre des pneus à bande rouge. Norris s'arrête au tour suivant avec des tendres, mais il glisse sur son emplacement et manque de percuter le mécanicien du lève vite avant. Il perd deux secondes dans son arrêt. Hamilton prend la tête. Sainz chausse également des durs.
À dix tours du terme, le DRS est de nouveau autorisé. Charles est quinzième. Verstappen revient à moins d'une seconde de Norris et prend rapidement la deuxième place.
La victoire revient à Hamilton après deux saisons sans victoire ! N'oubliez pas qu'il a signé chez Ferrari et que son expérience ne peut qu'être bénéfique, que ce soit pour la Scuderia ou pour Charles, qui ne peut qu'apprendre d'un septuple champion du monde !
Charles finit la course à la quatorzième position. Un week-end à oublier pour le Monégasque.

Il ne reste plus qu'à espérer qu'après ce triple header, la Scuderia et Charles trouvent enfin des solutions. Sainz signe le meilleur temps à la fin, sauvant un petit point. Ferrari reste deuxième au championnat avec seulement sept points d'avance sur McLaren. Quant à Charles, il reste troisième au championnat, se trouvant maintenant à vingt et une longueurs de Norris.

Notes de CLF :

Fred : 11 | Raphaël : 17 | Franck : 15 | Cédric : 18

TOP 5 du championnat pilotes :
01. M. Verstappen : 237 points
02. L. Norris : 171 points
03. C. Leclerc : 150 points
04. C. Sainz : 146 points
05. O. Piastri  : 124 points

Classement des constructeurs : 
01. Red Bull : 373 points
02. Ferrari : 302 points
03. McLaren : 295 points
04. Mercedes : 221 points
05. Aston Martin : 68 points
06. Racing Bulls : 31 points
07. Haas : 27 points
08. Alpine : 9 points
09. Williams : 4 points
10. Stake Sauber : 0 point

N'oubliez pas que nous sommes sur Facebook !

 

 


Photo : media.ferrari.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *