Eurocup, Spa-Francorchamps 2014 : Le soleil était là, pas la performance...

A peine remis de sa double quatrième place au Red Bull Ring, Charles est déjà en Belgique afin de prendre part à sa première course en Eurocup, traduisez le Championnat d'Europe de Formule Renault 2.0.
Même s'il ne peut participer qu'à trois meeting (règlement oblige), le Monégasque compte bien engranger de l'expérience et faire de beaux résultats. Les pilotes de l'Eurocup ont d'ailleurs déjà pu constater sa pointe de vitesse lors des essais hivernaux et il ne fait aucun doute qu'ils n'en ont pas fini avec lui.

Néanmoins, les adversaires du Monégasque ont été tranquilles durant la journée du Vendredi, puisque le pauvre pilote Fortec n'a signé que les 33ème et 34ème places des Essais Libres, mais évidemment, il y a une raison à cela. En effet, depuis ses premiers tours de roues, Charles a senti que son moteur manquait cruellement de puissance, notamment en ligne droite. Les secteurs 1 et 3 étant pratiquement à 100% à fond, il est "normal" de voir un Charles Leclerc aussi loin, avec un retard variant entre 2.2 et 2.6 secondes au tour.

En fin de journée, son équipe demande à Renault de bien vouloir l'autoriser à changer de moteur, en vain.
Le motoriste Français ne veut rien entendre... pour le moment !

Ce n'est que le Samedi matin et après négociations, que Renault accepte enfin de changer le moteur de Charles. Le nouveau bloc du Monégasque a juste le temps d'être mis en place qu'il lui faut déjà partir à l'assaut des qualifications.

Ces dernières commencent avec le Groupe A et la pole position est la propriété de Nyck de Vries, encore lui ! Le leader du championnat ALPS et Eurocup boucle un tour du circuit Belge, en 2'17''058.

Le Groupe B est encore synonyme d'inquiétude pour Charles puisqu'il ne parvient pas à faire mieux qu'un très modeste 2'18''382, ce qui le place quinzième du groupe. Peut-être est-il pris dans le trafic ou rencontre-t-il un nouveau problème moteur ? En tout cas, il rend trois dixièmes rien que dans le premier secteur qui passe intégralement à fond.
Lors de son dernier tour et même s'il bénéficie de l'aspiration de son équipier Matt Parry, rien n'y fait.
Charles termine les qualifications au quinzième rang du Groupe B et à la trentième place des qualifications. C'est une cruelle déception.

Lors de la Course 1 les choses ne s'améliorent pas.
Charles s'élance trentième, prend un bon départ et profite de quelques sorties de piste pour remonter jusqu'à la 23ème place. Au deuxième tour, un accrochage entre Steijn Schothorst et Jack Aitken provoque l'entrée en piste de la Safety Car, regroupant ainsi les 40 pilotes.
Au restart, Dennis Olsen (qui a pris la tête dès le départ) garde la première place, plus personne ne sera en mesure de le rejoindre.

Loin derrière, et avec un moteur lentissime, Charles se fait dépasser dès que la ligne droite du premier secteur se présente. Il ne peut même pas se défendre, sa vitesse de pointe étant 16 km/h plus faible que celle de ses adversaires. Autant dire qu'il fait la course avec une Formule Renault 1.6 et non pas 2.0 ! Le calvaire se termine au bout des 12 tours de course et une anonyme vingt-sixième place, indigne de son talent.

Quelques heures après la fin de la course, Charles nous confirme que son moteur est bien plus lent d'environ 15km/h en ligne droite et que ses mécaniciens ont probablement identifié la panne qui le handicape depuis hier matin. Espérons que leurs gros efforts paieront et que Charles pourra bien se qualifier demain matin, avant de leur obtenir un très bon résultat en course 2 !