Interview : Frits van Amersfoort

Il y a trois semaines, nous étions à Hockenheim à l'occasion de la finale du championnat de Formule 3.  Nous avons profité de cette occasion pour interviewer Frits van Amersfoort, Team Manager de l'écurie qui porte son nom. Vous pouvez même retrouver cet entretien (en anglais) sur notre page YouTube.

CLF : Quand et comment avez-vous décidé de créer votre propre équipe de course ?
Frits van Amersfoort : "C’était il y a très longtemps vous savez... (Sourire). J’étais encore un petit garçon. Je suis né dans une famille qui avait un garage, donc j'ai vécu au milieu des voitures. Mon grand frère adorait les courses automobiles et un jour il m’a emmené avec lui sur le circuit de Zandvoort. C'est la première fois que je suis allé là-bas. C’était en 1966 et j'ai pu voir les voitures de John Surtees, de Jack Brabham et d'autres grands pilotes de cette époque. Quelques années plus tard, j'ai rencontré un homme de mon village qui voulait courir et qui cherchait un endroit pour mettre ses voitures. Je lui ai dit qu’il pouvait les mettre dans le mien et c’est comme ça que ça a commencé."

CLF : Cette année votre équipe termine troisième du championnat de F3 alors qu’elle a terminé quatrième en 2014.
Avez-vous rempli votre objectif ?
FvA : "Avant ce week-end, notre objectif était de finir deuxième avec Charles. Nous étions troisième à 6 points de Giovinazzi et 33 points devant Jake Dennis. Pour moi le championnat pilote est plus important que le championnat constructeur. L'équipe et moi-même, sommes donc déçus d’avoir perdu la deuxième puis la troisième place avec Charles. La seule chose que nous ayions gagné c’est le championnat rookie. Vous savez, en F1 Mercedes a remporté le titre constructeur mais ce que tout le monde retient c’est le championnat pilote."

CLF : Quand l'avez-vous découvert et pourquoi l’avez-vous engagé ?
FvA : "Vous savez, nous suivons de près plusieurs championnats dont celui de Formule Renault 2.0 ALPS auquel il a participé l’an dernier. Il a été très bon alors qu'il n'était que dans sa première saison. Je l'ai donc invité à venir faire des essais avec nous et nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre (rires). C’est à ce moment que nous avons commencé à discuter avec Nicolas Todt."

CLF : Quels sont ses points forts et ses points faibles ?
FvA : "C’est une très bonne question, surtout quand on voit les performances de ce week-end ! En début de saison on a souvent comparé Charles à Max, mais ça me semble difficile parce qu’ils ont des caractères et des personnalités complètement différents. Celà dit, ils ont tous les deux énormément de talent et je pense que Charles, autant que Max, mériterait un baquet en F1. Pour en revenir à votre question, je pense que Charles est très bon dans le ressenti de sa voiture.
Il sait où il gagne du temps et où il en perd. Cela semble simple comme ça, mais en réalité c’est très compliqué surtout lorsqu’on parle de dixièmes de seconde. Il est également très bon sur les freinages et dans les parties rapides mais il l'est moins sur les départs."

CLF : Ont-ils des similitudes dans leur travail ou leur pilotage ?
FvA : "Pas vraiment. Pour nous, travailler en tête à tête avec Charles c'est fantastique. Lorsque Max Verstappen était avec nous, nous devions aussi travailler avec son père, et c’était très difficile car Jos nous mettait énormément de pression. Pour résumer on peut aussi dire que Max est un pilote extrêmement talentueux mais on ne doit pas oublier qu’il a très bien été préparé par son père, depuis tout petit. C’est la différence avec Charles qui est très bon mais dont la préparation n’est peut-être pas au niveau de celle de Max."

CLF : Charles a traversé une longue période sans grands résultats entre Zandvoort et le Nürburgring. Avez-vous une explication ?
FvA : "J’aurais aimé avoir une explication parce que si je l’avais, nous aurions résolu ce problème. Nous devons admettre que nous ne savons pas exactement pourquoi nous sommes devenus moins rapide. Le début de saison était magnifique. Nous avons même mené le championnat et à Zandvoort tout est allé de travers. Charles a eu un très gros accident et c’est la pire chose de la saison pour nous.
Après ça, plus rien n’a fonctionné ou presque. Nous avons tourné la voiture dans tous les sens mais ne savons toujours pas pourquoi elle est si lente aujourd'hui. D'un côté, les autres équipes ont fait de gros progrès sur leurs voitures et de l'autre Charles a peut-être perdu un peu de sa confiance en la voiture. Pour être rapide, il faut avoir une confiance totale en sa monoplace et lorsqu’on la perd c’est compliqué à retrouver.
De plus, comme Charles est le pilote le plus rapide de l’équipe, il n’a aucune aide de la part de ses équipiers. Je pense que ce sont plusieurs petites choses qui ont fait que nous avons perdu quelques dixièmes et avec un plateau si relevé... C’est pour ça que nous ne terminons que cinquième, sixième ou septième en ce moment. Ce week-end est vraiment le pire de tous. Prenons l’exemple des qualifications qui ne durent que 20 minutes : il nous faut environ 10 minutes pour vraiment bien chauffer les pneus car il fait très froid ici, et celà représente la moitié de la séance.
En plus de ça il faut se frayer un chemin au milieu du trafic pour pouvoir tenter de faire un bon tour. Le problème qu’a connu Charles ce week-end c’est qu’il a commis une grosse erreur dans son tour rapide, ce qui a eu pour résultat de le placer en milieu de grille.
Ce championnat est tellement compétitif que chaque erreur est presque fatale. Il ne faut pas oublier que même s’il ne termine «que» quatrième, il est le meilleur rookie de la saison. Croyez-moi. Avec tant d’années d’expérience en Formule 3, le fait de ne pas être rookie, de connaître parfaitement les pistes et la voiture joue énormément en fin de championnat. Dans la vie, toutes les premières fois ne sont pas faciles et les deuxièmes fois sont plus simples."

CLF : Nous ne savons pas si Charles refera une année de F3, mais serait-il possible de le revoir dans votre équipe en compagnie de Mick Schumacher par exemple ?
FvA : "Avoir Charles avec nous pour une année de plus c’est ce que nous souhaitons. Je ne connais pas de meilleur pilote que lui pour notre équipe mais il faut être réaliste. Son manager n’est pas content des mauvaises performances en deuxième partie de saison et je pense qu’ils vont chercher une autre alternative. Nous feront la demande à son management et nous verrons ce qui se passe. Pour Mick Schumacher, je pense que les chances sont très minces puisqu’il devrait refaire une année en F4 Allemande."

CLF : La dernière course de l’année sera Macau.
Quels seront vos objectifs là-bas ?

FvA : "La victoire évidemment puisque l’an dernier nous avions la voiture la plus rapide avec Max Verstappen. Les pneus ne sont pas les mêmes mais laissez-moi vous expliquer : Macau c’est unique. Les horaires et le format du week-end sont complètement différents, il y a une course qualificative un peu comme en karting et la voiture doit voir l’arrivée à chaque fois parce qu’un accident signifie énormément de temps de piste perdu.
C’est une piste très compliquée et ce n’est pas facile de ramener la voiture en un seul morceau. Elle fait 7km de long dont 2,5km de ligne droite. Imaginez être à 250 km/h sur 2,5km mais entre des rails. C’est 40km/h plus rapide qu’ici et nous roulons sans appui. A côté de Macau, le circuit de Monaco est une Autoroute ! Regardez Max l’an dernier. Il a eu un accident dans la manche qualificative alors qu’il était deuxième. Le dimanche il a donc dû partir depuis le fond de grille avant de revenir à la septième place. J’ai toujours dit à mes pilotes de rouler comme un pilote de rallye. Parce qu’un pilote de rallye doit rouler à 90% car il doit faire attention aux murs ou aux arbres et c’est la même chose à Macau.
Si vous roulez à 100% à Macau, vous êtes certain de finir dans le mur à un moment ou à un autre. Je pense que Charles sait que la course ne se déroulera que le dimanche et non pas le jeudi ou le vendredi. Je pense qu’il peut faire un beau podium et ce serait le meilleur résultat de notre équipe."

CLF : Pourquoi ne pas créer une équipe en Formule Renault 2.0 ou 3.5 ?
FvA : "Parce que nous ne faisons que de la Formule 3 et de la Formule 4. Nous avions pensé faire de la Formule 2, mais la politique de la FIA nous a refroidi. Notre équipe de F4 a eu plusieurs victoires, beaucoup de podiums et nous en sommes très fiers. Notre équipe de Formule 3 doit progresser l’année prochaine. Je pense que chaque équipe doit avoir des bases vraiment solides avant de se lancer dans quelque chose de nouveau."

CLF : Dernière question, je sais que vous comprenez un peu le Français. Connaissez-vous notre site et si oui, qu’en pensez-vous ?
FvA : "Je le connais mais je n’y suis jamais allé, excusez-moi, parce que je n’ai tout simplement pas le temps. Mais je pense que Charles est très content de ce que vous faites pour lui et qu’il le mérite aussi. C’est une très bonne chose !"