F1 - Baku : un accident au plus mauvais moment !

Après un vendredi très encourageant, Charles ne vise rien d'autre que la pole position qui serait la deuxième de sa carrière en F1.

La journée démarre avec les essais libres 3 et il faut attendre 20 minutes pour voir le Monégasque en piste. Toujours aussi à l'aise, il termine son premier run en 1'42''638, trois dixièmes devant Vettel (tous les deux sont en tendres) et six devant Hamilton qui n'a pas quitté les médiums (jaunes) depuis le début de la séance.

A 15 minutes du drapeau à damiers, Bottas est le premier des deux pilotes Mercedes à passer les pneus tendres. Il améliore en 1'43''233, tout comme Hamilton en 1'43''176 qui a perdu une demi-seconde dans le dernier secteur qui est intégralement à fond.
Quelques instants plus tard, Charles reprend la piste et met tout le monde d'accord grâce à un tour magnifique, en 1'41''604. Signalons qu'il n'a pas eu la moindre aspiration sur ce tour-là, contrairement à Vettel qui a gagné une demi-seconde dans le dernier secteur grâce à cet effet.

Deux heures plus tard, place aux qualifications et au stress qui va avec !

Signalons juste avant que la Q1 ne démarre, la douzième place d'Arthur lors de la course 1 d'Oschersleben. Le petit Monégasque a longtemps été dixième avant de perdre deux places en fin de course, sans doute à cause du léger contact qu'il a eu avec un autre pilote.

Q1 - 18 minutes :
Sorti parmi les premiers, Charles signe d'abord le deuxième temps (1'42''652) mais il améliore dès sa deuxième tentative (1'41''426), six dixièmes devant Bottas. En fin de Q1, Gasly profite d'une aspiration plus que parfaite pour se porter en tête, 91 millièmes devant Charles. Dommage que le Français soit obligé de partir dernier lors de la course de demain.

Dans les derniers instants, Stroll, les Renault et Grosjean se battent pour le passage en Q2 et c'est finalement Ricciardo qui s'en sort en éliminant le Canadien, une seconde avant que le drapeau rouge ne soit déployé à la suite de l'accident de Kubica. Le Polonais de chez Williams était dernier mais il a quand même voulu pousser et a fini par se crasher à l'entrée de la vieille ville. C'est encore de l'argent gaspillé pour l'écurie de Grove qui n'a vraiment pas la moindre lueur de chance cette année...

Les éliminés : Stroll, Grosjean, Hulkenberg, Russell et Kubica.

Q2 - 15 minutes :
Les qualifications reprennent avec 30 minutes de retard. Si tout le monde choisit les tendres (rouges), les Ferrari optent toutes les deux pour les médiums (jaunes). Ainsi, Bottas signe le meilleur temps provisoire en 1'41''522, quelques dixièmes devant Hamilton en 1'41''580. Charles est en 1'41''995.

"Stupide, je suis stupide !"
A 8 minutes du drapeau à damiers, il continue à pousser car l'écart avec le reste du peloton n'est pas très grand. En entrant en sur-vitesse dans le virage 8, le Monégasque bloque sa roue avant gauche et vient s'encastrer dans les mêmes protections où s'était terminée la Q1 de Kubica. Fou de rage envers lui-même, Charles se traite de "stupide" à la radio.
Son langage corporel en dit long sur sa déception. D'un autre côté, on ne peut s'empêcher de penser que si Ferrari avait instauré moins de consigne d'équipes, peut-être que sa marge d'erreur serait plus grande. D'un point de vue technique, la piste était aussi un peu plus froide qu'en Q1 et peut-être les médiums (jaunes) n'apportaient pas assez de grip aux Ferrari puisque Vettel a failli se sortir au même endroit. En tout cas, quelle déception !

La séance reprend pour 8 minutes avec Vettel seul contre tous.
Si l'Allemand ne termine la Q2 qu'en sixième position, le chrono de Charles lui suffit pour passer en Q3. Même s'il n'y participera pas et sauf changement d'un élément sur sa voiture entraînant une pénalité, il s'élancera dixième en course, ce qui est bien mieux que quinzième ! Heureusement que la température a baissé.

Les éliminés : Sainz, Ricciardo, Albon, Magnussen et Gasly.

Q3 - 12 minutes :
La dernière partie des qualifications met aux prises les Mercedes, les Alfa Romeo, l'excellent Norris, Räikkönen, Kvyat, Perez et un Vettel apparemment pas à l'aise avec des températures fraîches.

Après le premier run, Verstappen signe le premier temps de référence en 1'41''447 mais Hamilton explose le chrono de la Red Bull en 1'40''703. Derrière, Vettel est à quatre dixièmes, même tarif pour Bottas. Sur un deuxième tour lancé, Verstappen remonte deuxième en 1'41''069 alors que tous les autres pilotes sont aux stands. L'Hollandais ne repartira pas pour une deuxième tentative.

Au moment de repartir pour un dernier tour lancé, Vettel est seul face à son destin. L'Allemand donne tout ce qu'il a mais échoue à moins d'un dixième de Hamilton. Il est virtuellement deuxième mais Bottas fait mieux et s'offre sa huitième pole position en F1 grâce à un tour effectué en 1'40''495. Derrière, Hamilton échoue à 59 millièmes mais pour Mercedes, l'important est préservé : une première ligne 100% grise !

Comme nous le voyions venir, Vettel est seulement troisième et sera aux côtés de Max Verstappen sur la deuxième ligne. Suivent Perez, Kyvat, l'excellent Norris, Giovinazzi ultra aidé par l'aspiration de Vettel, Räikkönen et le pauvre Charles qui fera tout pour se rattraper dès les premiers mètres de course.

Signalons que son erreur peut, quelque part, aussi lui donner un avantage. Il sera le seul du TOP 10 à partir en médiums (jaunes) quand les autres seront tous en tendres (rouges).

Classement après les qualifications (sans les pénalités) :
01. V. Bottas (Mercedes)
02. L. Hamilton (Mercedes)
03. S. Vettel (Ferrari)
04. M. Verstappen (Red Bull)
05. S. Perez (Racing Point)
06. D. Kvyat (Toro Rosso)
07. L. Norris (McLaren)
08. A. Giovinazzi (Alfa Romeo)
09. K. Räikkönen (Alfa Romeo)
10. C. Leclerc (Ferrari)
11. C. Sainz (McLaren)
12. D. Ricciardo (Renault)
13. A. Albon (Toro Rosso)
14. K. Magnussen (Haas)
15. P. Gasly (Red Bull)
16. L. Stroll (Racing Point)
17. R. Grosjean (Haas)
18. N. Hülkenberg (Renault)
19. G. Russell (Williams)
20. R. Kubica (Williams)

Déclaration de Charles au micro de Canal + :
"J'ai été stupide, c'est tout. Je n'ai pas fait le travail aujourd'hui, je suis très déçu de moi-même et je le mérite complètement. Je n'aurais jamais du faire d'erreur en Q2 surtout que je pense que mon premier tour en médiums aurait suffit pour passer en Q3 même si on aurait quand même mis les tendres à la fin. Il n'y avait pas de risque à prendre. Je voulais absolument passer en médiums mais je glissais pas mal, je crois que Sebastian a aussi glissé à cet endroit-là mais je n'ai de toute façon aucune excuse.
J'ai été complètement bête mais je vais apprendre de cette erreur. Je ne vais pas l'oublier car elle fait mal. Je suis sûr que demain j'aurais un autre état d'esprit mais pour le moment, il faut bien que je réalise que ce que j'ai fais est une grosse connerie. Je vais me reconcentrer, la performance est là mais je n'ai pas fait le travail quand il le fallait."

Une réflexion sur « F1 - Baku : un accident au plus mauvais moment ! »

  1. Leclerc doit apprendre à tempérer ses propos au micro des journalistes, trop émotionnel, trop sanguin, cela laisse entrevoir la fragilité du personnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *