F1 - Barcelone : terrible désillusion pour Ferrari !

Au lendemain d'une performance catastrophique des Ferrari vis à vis de Mercedes, l'espoir de la victoire s'est envolé. Sur la papier, rien ni personne ne pourra entraver la marche triomphale des flèches d'argent. Néanmoins, une Safety Car au bon moment pourrait nous redonner un peu d'espoir à condition que Ferrari la gère bien.

Notons qu'il n'y a que 19 voitures sur la grille puisque Nico Hülkenberg part des stands pour avoir changé son aileron avant sous régime de parc fermé. L'Allemand n'est pas le seul à être pénalisé puisque Giovinazzi recule de 5 places pour avoir changé de boite. Il partira avant dernier.

Le tour de formation nous dévoile le choix pneumatique de chacun :
En tendres (rouges) : Pratiquement tout le monde.
En médiums (tendres) : Stroll, Räikkönen, les Williams et Hülkenberg.
En durs (blancs) : Personne.

A l'extinction des feux, Vettel prend un super départ mais il bloque sa roue avant gauche au premier virage et se loupe complètement.
En ressortant "en vrac" de la chicane, l'Allemand tasse Charles qui doit piler pour éviter de le percuter. Pendant ce temps, Hamilton a pris l'avantage sur Bottas qui devance Verstappen, Vettel, Charles et Gasly.

Au sixième tour, les Ferrari se tiennent en un peu plus d'une seconde, Charles fait tout ce qu'il peut pour entrer dans la zone du DRS. Après de multiples tentatives d'intimidations, le Monégasque passe à l'entame du douzième tour et lâche complètement son équipier.

En 4 tours, Charles revient petit à petit sur Verstappen tandis que Vettel se plaint à la radio de l'écart voulu par Ferrari entre ses deux voitures. En même temps, s'il n'avait pas bloqué ses roues au départ, il ne serait sans doute pas dans cette situation. L'Allemand ne peut s'en prendre qu'à lui-même.

Au vingtième tour, Vettel repasse aux stands pour chausser les médiums (jaunes) mais son arrêt est très long. Il a perdu deux secondes et ne reprend la piste qu'en dixième position. Au tour suivant, Verstappen couvre la stratégie de Ferrari en s'arrêtant également mais il devra s'arrêter encore une fois puisqu'il repart de nouveau en tendres (rouges). A l'inverse, Gasly est sur la même stratégie que Vettel puisqu'il repart en médiums (jaunes).

De son côté, Charles entre aux stands au vingt-septième tour mais le Monégasque repart en durs (blancs), il est le seul avec Ricciardo et Giovinazzi à être sur cette gomme. A cet instant, il est cinquième, une seconde devant Vettel et 10 derrière Verstappen.

Au trente-septième tour, soit 10 tours après avoir chaussé les pneus durs, on s'aperçoit qu'il tient le rythme de Verstappen puisqu'ils roulent dans le même dixième. Le Monégasque a perdu moins de deux secondes alors que ses pneus sont censés être moins rapides de huit dixièmes au tour. Au même instant, le Monégasque laisse Vettel repasser puisqu'ils sont sur une stratégie différente.

D'ailleurs au quarante-et-unième tour, Vettel repasse une deuxième fois par les stands et repart en tendres (rouges). Il profite de l'erreur de Gasly pour repasser devant le Français. Deux tours plus tard, c'est Verstappen qui repasse aux stands. Le Hollandais reprend la piste 6 secondes derrière Charles avec des pneus beaucoup plus performants et 5 devant Vettel qui est sur la même gomme.

Au quarante-sixième tour, Stroll a complètement oublié que Norris était à ses côtés et les deux voitures terminent leur course dans le bac à graviers ce qui provoque l'entrée en piste de la Safety Car !

Pendant que les commissaires nettoient la piste, nous en profitons pour faire un point sur les pneumatiques. Les Mercedes sont en tendres (rouges), même chose pour Gasly qui est sixième. Entre eux, Verstappen, Vettel et Charles sont en médiums (jaunes).

Au restart, le classement des 9 premiers est exactement le même qu'à la fin du premier tour. Au premier virage, Charles garde in extremis sa cinquième place face à Gasly puisqu'il a perdu pas mal de temps à la relance. L'écart avec Vettel est maintenant d'une seconde et demi.

Finalement, les positions des 6 premiers ne changent pas jusqu'au drapeau à damiers et c'est Lewis Hamilton qui remporte une course qu'il a menée de bout en bout et de mains de maître ! Bottas termine deuxième et signe un cinquième doublé en autant de course, on se croirait revenu en 2002 lorsque Ferrari était seule au monde.

En parlant de Ferrari, ils n'ont rien pu faire face à Mercedes mais ça c'était couru d'avance. Par contre, là où c'est beaucoup plus grave, c'est que bien qu'avec deux stratégies différentes, les rouges n'ont jamais pu inquiéter la Red Bull de Verstappen qui monte sur le podium.

Dans 15 jours, c'est Monaco. Imaginez à quel point Charles voudrait bien faire à domicile, sur un Grand Prix qui lui a lâchement échappé en Formule 2 à cause d'un souci mécanique. Pourtant, si rien ne change d'ici-là, difficile d'imaginer ne serait-ce qu'un simple podium pour les rouges. Aujourd'hui, il n'y a rien à dire sur la stratégie de Ferrari.
Ils en ont tenté deux différentes mais si elle n'est pas sur le podium, c'est surtout parce que Vettel a fait une erreur au premier virage, laissant Verstappen s'échapper alors qu'il n'en demandait pas tant.

Honnêtement, même si tout est possible en Formule 1, nous n'avons plus le moindre espoir de victoire pour le reste de la saison à part peut-être à Monza et encore. Nous ne parlons même pas des 100 points d'avance de Mercedes au championnat. En fait, Bahrein semble de plus en plus avoir été LA chance de Ferrari face à Mercedes et même celle-là, ils n'ont pas su la saisir.

Le seul intérêt pour nous sera d'assister à la lutte entre Verstappen, Charles et Vettel pour savoir lequel d'entre eux sera troisième à la fin du championnat.

Classement de la course :
01. L.Hamilton (Mercedes) Vainqueur
02. V.Bottas (Mercedes) + 4''074
03. M.Verstappen (Red Bull) + 7''679
04. S.Vettel (Ferrari) + 9''167
05. C.Leclerc (Ferrari) + 13''361
06. P.Gasly (Red Bull) + 19''576
07. K.Magnussen (Haas) + 28''159
08. C.Sainz (McLaren) + 32''342
09. D.Kvyat (Toro Rosso) + 33''056
10. R.Grosjean (Haas) + 34''641
11. A.Albon (Toro Rosso) + 35''445
12. D.Ricciardo (Renault) + 36''758
13. N.Hülkenberg (Renault) + 39''241
14. K.Räikkönen (Alfa Romeo) + 41''803
15. S.Perez (Racing Point) + 46''877
16. A.Giovinazzi (Alfa Romeo) + 47''691
17. G.Russell (Williams) + 1 tour
18. R.Kubica (Williams) + 1 tour
19. L.Stroll (Racing Point) OUT
20. L.Norris (McLaren) OUT

TOP 5 du championnat :
01. L.Hamilton : 112 points
02. V.Bottas : 105 points
03. M.Verstappen : 66 points
04. S.Vettel : 64 points
05. C.Leclerc : 57 points

Classement du championnat constructeurs :
01. Mercedes : 217 points
02. Ferrari : 121 points
03. Red Bull : 87 points
04. McLaren : 22 points
05. Racing Point : 17 points
06. Haas : 15 points
07. Alfa Romeo : 13 points
08. Renault : 12 points
09. Toro Rosso : 6 points
10. Williams : 0 point

Déclaration de Charles après la course :
"J'ai eu un très bon premier relais mais il faut que nous comprenions ce qu'il s'est passé sur les deux autres types de pneus parce que j'ai eu beaucoup de problèmes d'équilibre avec la voiture.
Il faut que nous analysions vraiment en profondeur ce qu'il s'est passé mais ce qui est sûr c'est qu'il était clair pour tout le monde que Mercedes était très loin devant."

2 réflexions au sujet de « F1 - Barcelone : terrible désillusion pour Ferrari ! »

  1. Je sens qu'on va regretter arrivabene -)
    ..heureusement que Ferrari amenait des améliorations et un upgrade moteur .....

    La strategie aie aie aiiie ! :
    2 laisser passer : tarif 3 sec à chaque fois en plus du temps perdu par le suivant .
    2 fois 2 sec au pit de perdues .
    Fin du 1er run: charles 4eme revenait sur verstap(3 sec) a monture égale. Pourquoi tenter des boudins 2 sec moins vite au tour / softs et ne pas calquer la strat de verstap ? A quand les pluies ?
    ( mais peut etre Charles n'avait il plus de jeu soft ) .
    Pourquoi apres la Sc ne repart il pas avec des softs ? Meme explication ?
    Merci seb le bon tassage au 2 eme virage . --))
    Etc..etc..

    La bonne news est qu'on a osė pour la 1ere fois demander à seb de laisser passer Charles . Vu que les 2 ne pourront plus etre champions , peut etre auront ils les coudėes plus franches dorénavant .
    Bon Mattia ...sourit toujours .... donc faisons de meme ....-))

    Amitiės à tous .

    1. Bonjour Pascal !
      C'est vrai qu'avec le recul, laisser passer Charles et/ou Vettel au virage 5 est une décisions un peu bizarre lorsqu'on peut perdre beaucoup moins de temps au virage 1 ou au virage 10.
      Les arrêts aux stands ont été catastrophiques, ça c'est vrai. Pour la stratégie, je pense que s'ils n'avaient pas pris le risque de monter les durs et qu'ils avaient simplement copié celle de Vettel et de Verstappen, l'ordre à l'arrivée aurait été le même. Il fallait essayer deux stratégies différentes pour les deux voitures. Ce week-end le problème n'est pas la stratégie (pour une fois) mais c'est bel et bien la performance. Pour l'après Safety Car, vu comment la Ferrari mange ses pneus à cause de son énorme sous-virage, c'était peut-être mieux de chausser les médiums plutôt que de risquer de faire 15 tours en tendres, les finir complètement et risquer un arrêt aux stands qui aurait voulu dire : une course en dehors des points puisque toutes les voitures étaient regroupées.

      Oui, la lutte avec Vettel ne fait que commencer et ça risque de mettre un peu de piment dans ce championnat trop platonique. Heureusement que les écuries du milieu de grille sont là pour nous offrir une belle lutte de temps en temps ! Aller, un beau sourire et vive Charles ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *