F1 - Monaco : pas de miracle à la maison !

Au lendemain de sa plus grosse bourde depuis qu'il est le directeur de Ferrari, Mattia Binotto tente de s'expliquer. Il met en avant le fait qu'il a sous-estimé l’évolution de la piste et qu'il imaginait que le temps originel de Charles lui aurait suffi pour passer en Q2 alors que la quasi-totalité des pilotes de milieu de grille étaient ressortis. Une tentative indigne d'une équipe comme Ferrari. Il était encore possible d'envoyer Charles en piste pour un tour de chauffe en attendant de voir comment les choses évoluaient. Au moment où il quittait la pesée, il restait encore 5 minutes avant la fin de la Q1, soit largement le temps de changer de pneus et faire un temps. La preuve puisque Vettel est ressorti à 1'30 du drapeau à damiers. Une prise de risque inutile, donc...

Bref, grâce à la pénalité de Giovinazzi, c'est depuis la quinzième place que le Monégasque s'élance au moment du tour de formation.

Côté pneus, voici le choix des pilotes :
En tendres (rouges) : TOP 10 + Grosjean, Räikkönen et Giovinazzi.
En médiums (jaunes) : Hülkenberg, Norris, Charles, les Racing Point et les Williams. Aucun pilote n'a choisi de partir en pneus durs (blancs).

A l'extinction des feux, Hamilton prend un bon départ et tout se passe bien à l'amorce du premier virage. Derrière, Charles prend l'avantage sur Räikkönen pour le gain de la quatorzième place. Au tour suivant, il prend également l'avantage sur Norris en lui faisant l'intérieur à l’épingle du Loews.

Au septième tour et bloqué derrière Grosjean depuis trois tours, Charles continue de nous régaler en faisant l'intérieur au Français à la Rascasse ! Au tour suivant, il tente la même chose sur Hülkenberg mais cette fois, il touche le rail, part en tête à queue et crève son pneu arrière-droit.
En faisant un tour complet de circuit, Charles éparpille des morceaux de carrosserie partout. A son retour aux stands, on croit à l'abandon mais il repart en pneus durs (blancs) alors que la Safety Car entre en piste !

Au restart, Charles a pu recoller au peloton, ce qui est une bonne nouvelle. Au tour suivant, Giovinazzi tente de dépasser Kubica à la Rascasse mais l'Italien envoie le Polonais en tête à queue. Derrière eux, Charles perd 10 grosses secondes, le temps que la piste de libère.

Au vingtième tour, le Monégasque repasse par les stands pour chausser les tendres. Il ne boucle qu'un tour de plus mais il doit se rendre à l'évidence : la voiture est inconduisible. Au vingt-et-unième, il rentre une troisième fois aux stands mais cette fois, c'est l'abandon. Il s'est lui même rendu à l'évidence même s'il a déclaré à la radio qu'il n'était pas du genre à abandonner.

Une fois encore, il faut bien comprendre que c'est l'énorme erreur de Ferrari qui a énormément compromis la course de Charles et non pas l'inverse. Il n'aurait jamais été forcé de prendre autant de risques si sont équipe avait assuré sa partie du travail. Il l'avait déclaré hier : "je prendrai tout les risques, même si je dois aller au crash".

La course continue et Verstappen revient sur Hamilton malgré sa pénalité de 5 secondes à l'issue du Grand Prix à cause d'un unsafe release lors de son arrêt aux stands. Le pilote Red Bull nous aura tenu en haleine de ce Grand Prix très ennuyeux à regarder mais sans jamais trouver l'ouverture sur le Britannique même si les deux se sont touchés. Une enquête est ouverte pour cet incident.

Sous le drapeau à damiers, Hamilton remporte sa quatrième victoire en six courses ! Derrière lui, Verstappen termine deuxième mais sa pénalité le place finalement quatrième derrière Vettel et Bottas. Néanmoins, le constat est dur pour Ferrari puisque c'est Red Bull qui a mené la vie dure à Mercedes alors que son seul pilote encore en course n'a jamais été en mesure de porter la moindre intimidation aux deux hommes de tête.

D'un autre côté, on peut aussi se dire que Ferrari termine à moins de trois secondes de la victoire, sur une piste qui ne lui est absolument pas favorable, ce qui est plutôt encourageant. Evidemment, les rouges ne sont pas revenus soudainement au contact des Mercedes.
Sur un autre circuit où les dépassements sont beaucoup plus faciles, il y aurait eu un deuxième arrêt pour tout le monde et un écart bien plus gros que celui-là.

Classement de la course :
01. L. Hamilton (Mercedes) Vainqueur
02. S. Vettel (Ferrari) + 2''602
03. V. Bottas (Mercedes) + 3''162
04. M. Verstappen (Red Bull) + 5''537
05. P. Gasly (Red Bull) + 9''946
06. C. Sainz (McLaren) + 53''454
07. D. Kvyat (Toro Rosso) + 54''574
08. A. Albon (Toro Rosso) +55''200
09. D. Ricciardo (Renault) + 1'00''894
10. R. Grosjean (Haas) + 1'01''034
11. L. Norris (McLaren) + 1'06''801
12. K. Magnussen (Haas) + 1 tour
13. S. Perez (Racing Point) + 1 tour
14. N. Hülkenberg + 1 tour
15. G. Russell (Williams) + 1 tour
16. L. Stroll (Racing Point) + 1 tour
17. K. Räikkönen (Alfa Romeo) + 1 tour
18. R. Kubica (Williams) + 1 tour
19. A. Giovinazzi (Alfa Romeo) + 1 tour
20. C. Leclerc (Ferrari) OUT

TOP 5 du championnat pilote : 
01. L. Hamilton : 137 points
02. V. Bottas : 120 points
03. S. Vettel : 82 points
04. M. Verstappen : 78 points
05. C. Leclerc : 57 points

Classement du championnat des constructeurs : 
01. Mercedes : 257 points
02. Ferrari : 139 points
03. Red Bull : 110 points
04. McLaren : 30 points
05. Racing Point : 17 points
06. Haas : 16 points
- Toro Rosso : 16 points
08. Renault : 14 points
09. Alfa Romeo : 13 points
10. Williams : 0 point

Déclaration de Charles après la course :
"Ce n'a pas été une journée facile mais de toute façon, le problème principal reste notre position au départ. De là où je partais, il fallait prendre des risques et peut-être que j'en ai un peu trop pris lorsque j'ai essayé de dépasser Nico. J'avais un peu moins de place que lorsque j'ai fais la même sur Romain, j'ai touché le rail et malheureusement j'ai crevé ensuite c'était terminé. C'est un week-end a oublié sauf le soutien que j'ai eu et qui m'a fait chaud au coeur. C'est dommage parce qu'après les essais libres 3, je pensais avoir rattrapé un peu de mon retard lors de la première journée et en qualif, on sait tous ce qu'il s'est passé. On rebondira mieux à Montréal."

2 réflexions au sujet de « F1 - Monaco : pas de miracle à la maison ! »

  1. Allez Charles , trop de frustration , trop de pression aujourd'hui . ( perso c'est la première erreur de dépassement que je vois depuis le KF , soit un vrai bail ) . Lui si juste ,si précis dans ses dépassements , s'est fait emporter par une fougue non contenue.Il n'a pas chercher à sauver son auto , comme il l'avait annonçé à demi mot la veille . Ça ne lui ressemble pas . 8 jours au vert , à oublier Vettel , Ferrari sa politique et ses con....ries , et à se reconcentrer uniquement sur lui meme comme il l'a toujours si bien fait .
    Allez , la pole au Canada pour faire taire les mal voyants .
    Ça va sourire --))

Les commentaires sont fermés.