F1 - Montréal : une bonne première journée !

Après le désastre de Monaco, Ferrari et Charles doivent impérativement relever la tête et réinstaurer un climat de confiance total. Coté technique, la Scuderia a prévu d'apporter un nouvel aileron avant pour le Grand Prix de France avant d'introduire un nouveau font plat pour l'Angleterre et un nouveau diffuseur dès l'Allemagne.

Avant de démarrer cette première journée du week-end, sachez que du côté du Red Bull Ring, Arthur a terminé dixième et quinzième des deux premières séances d'essais libres de son championnat de F4 ADAC.

Du côté du grand frère, les essais libres 1 se déroulent sous un grand et beau soleil. Signalons l'entrée en piste de Nicholas Latifi qui remplace Robert Kubica lors de ces 90 minutes.

Il faut attendre 30 minutes pour voir les Ferrari en piste, puisqu'elles ont laissé le soin aux autres équipes de nettoyer la piste. Côté chrono, l'écart est énorme puisqu'il y a une seconde pleine entre Hamilton, premier et Charles, troisième. Notons que la piste va énormément évoluer au cours du week-end et que ces chronos ne reflètent pas vraiment les vraies performances des uns et des autres.  Verstappen termine quatrième à quelques millièmes de Charles tandis que Vettel est cinquième, à deux dixièmes de son équipier.

Signalons la touchette d'Antonio Giovinazzi qui a cassé sa suspension arrière-gauche en touchant le mur après un tête à queue. Une nouvelle mauvaise publicité pour l'Italien dont la suite chez Alfa Romeo semble de plus en plus compliquée face à la possible arrivée d'un certain Mick Schumacher en 2020.

Les essais libres 2 sont un peu plus disputés mais c'est Hamilton qui crée la surprise dès la fin de la première demi-heure en allant touché le mur au même endroit que Giovinazzi. Le leader du championnat a longtemps essayé de rattraper le gros survirage de Mercedes mais il est surtout très chanceux de n'avoir cassé que sa jante et pas toute la suspension voire le font plat. A cet instant, les Mercedes se tiennent en un dixième mais Bottas est en dur (blancs). En devançant les Ferrari de deux dixièmes, Verstappen est le "meilleur des autres".

La séance continue et les pilotes sont maintenant avec les gommes tendres (rouges) pour une simulation de course. Si Bottas passe en tête (1'12''311), Vettel améliore lui reprend le meilleur temps en 1'12''521 tandis que Charles fait la même chose sur son deuxième tour lancé en 1'12''177. Pendant ce temps, Mercedes démonte totalement l'arrière de la voiture d'Hamilton pour réparer ce qui a été cassé alors que Verstappen a lui aussi touché le mur, mais sans conséquence.

A leur retour en piste, les Ferrari ne mettent pas leurs œufs dans le même panier puisque Charles opte pour les médiums (jaunes) tandis que Vettel continue sur les tendres (durs). A cette occasion, nous avons fait une comparaison de leur 10 derniers tours chronos :
Charles : 1'17''678, 1'17''241, 1'17''552, 1'17''888, 1'18''022, 1'17''823, 1'17''783, 1'17''969, 1'17''787, 1'19''281. (25 tours)

Vettel : 1'17''304, 1'18''553, 1'18''798, 1'19''518, 1'19''726, 1'19''192, 1'19''017, 1'19''220, 1'19''335, 1'19''740. (22 tours)
L'écart total sur uniquement ces dix tours-là est de 11''379 à l'avantage du Monégasque.

Par contre, Bottas, avec ses pneus durs (blancs) était globalement bien plus rapide que le Monégasque. Attendons de voir une vraie comparaison avec le même type de pneus. Pour y voir plus clair, il faut attendre les essais libres 3 et le retour en piste d'Hamilton.
Si les Ferrari sont un peu en retrait en performance pure, n'oublions pas que Charles a été plus rapide et plus à l'aise que Vettel durant les deux séances. C'est surtout ça le plus important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *