F1 - Singapour : Des Ferrari logiquement en retrait

Bien que Ferrari vienne tout juste de remporter les deux derniers Grand Prix, personne n'a oublié les difficultés de la SF90 dans les virages lents et malheureusement pour nous, le circuit de Singapour en compte un grand nombre. Pour tenter de palier à cela, l'équipe de Maranello a ajouté une ailette en dessous de son museau, ce qui permettra de produire un peu plus d'appui au niveau du train avant.
A l'arrière, le T-wing fait son retour derrière le capot moteur, tout comme l'aileron arrière à pleine largeur. Grâce à ces petites évolutions, Ferrari pense diminuer son déficit de trois dixièmes mais évidemment, Mercedes et RedBull ont également progressé, ce qui ne laisse pas forcément la place à de gros espoirs pour ce week-end. Néanmoins, si les hommes de la Scuderia parviennent à améliorer leur voiture, ce sera déjà une bonne chose en vue de l'année prochaine.

Côté piste, la journée démarre avec les essais libres 1 et l'entrée en piste de Robert Kubica qui a annoncé son départ de l'écurie Williams à la fin de la saison, laissant une porte grande ouverte à Nicholas Latifi qui a déjà roulé à bord de la FW42.

Contrairement à leur habitude, les Ferrari prennent la piste dès les premiers instants et c'est même Charles qui signe le premier temps de référence en 1'46''180 puis 1'43''618. Après une longue attente due à divers ajustements, les Ferrari reprennent la piste à une demi-heure du drapeau à damiers. Malheureusement, c'est à ce moment-là que Charles est victime d'un problème mécanique puisque tout s'est coupé lorsqu'il a passé la quatrième vitesse. Cela ressemble à un souci hydraulique mais il n'y a aucune pénalité à craindre.

Du côté de Mercedes, on perd également une voiture puisque Bottas vient heurter le mur, 5 minutes après le souci de Charles. Le Finlandais a légèrement surviré et comme sur chaque circuit urbain, le mur n'est pas très loin et le prix se paie cash.

Sous le drapeau à damiers, Verstappen reste l'auteur du meilleur temps en 1'40''269 devant Vettel (1'40''426) et Hamilton (1'40''925) qui a surtout roulé avec les pneus durs (blancs) afin de travailler ses longs relais.

Si Charles a été privé de roulage durant la majeure partie de la matinée, tout semble résolu pour les essais libres 2. Signalons que ce sont exactement les mêmes conditions que celle des qualifications et de la course, c'est-à-dire de nuit.
Le Monégasque démarre ces 90 minutes avec des pneus médiums (jaunes) et il signe le troisième temps, à sept dixièmes de Hamilton sur les mêmes montures. L'écart est colossal mais il est prévisible, comme nous le disions en début d'article.

Dans la dernière demi-heure, Hamilton est en 1'38''773 alors que les Ferrari de Charles (1'40''018) et Vettel (1'40''129) sont une nouvelle fois très loin du compte même si la SF90 semble mieux se comporter en piste car elle est visiblement moins nerveuse qu'auparavant.

Sous le drapeau à damiers, Hamilton garde toujours le meilleur temps tandis que Vettel est le seul des deux pilotes Ferrari à pouvoir se rapprocher du Britannique en 1'39''591. Là encore, l'écart est énorme et il faudra travailler dur pour tenter d'approcher le rythme de Verstappen qui ne doit pas reprendre le large au championnat. Attendons la journée de demain pour y voir un peu plus clair.

Déclaration de Charles après cette première journée :
"J’ai raté pas mal de tours qui sont toujours importants sur un circuit urbain. Dans la deuxième séance, je n’avais pas confiance en la voiture. Nous avons besoin de travailler pour demain afin d'essayer d’améliorer le pilotage. Ce n’est rien de grave, c’est arrivé plusieurs fois que je ne sois pas où je voulais être le vendredi et je dois travailler en espérant que demain sera un jour meilleur. Ça n’aide pas de manquer de roulage mais ce n’est pas une excuse. Ça doit aussi venir de moi, c’est aussi simple que ça."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *