F1 - Autriche : un Charles des grands jours !

Après des qualifications en demi-teinte, on espère que cette SF1000 se révèle au grand jour pendant le Grand Prix et que Charles pourra en tirer le meilleur.

C'est une grille quasi vide qui accueille les 20 monoplaces, et surprise, Hamilton doit s'installer sur la troisième ligne en cinquième position. Red Bull ayant fait appel de la première décision de la FIA et obtenu gain de cause finalement. Cela occasionne 3 places de pénalités pour la voiture 44. Verstappen partira alors aux côtés de Bottas.

Il fait chaud sur la piste, il se dit que la nouvelle livrée noire des flèches d'argent, pourrait causer un peu de surchauffe... A voir...

Le choix des pneus de chaque pilote :
En tendres (rouges) : Bottas, Hamilton, Norris, Albon, Pérez, Leclerc, Sainz Jr., Stroll, Ricciardo
En médiums (jaunes) : Verstappen, Vettel, Gasly, Kvyat, Magnussen, Giovinazzi, Ocon, Räikkönen, Grosjean, Russell, Latiffi.

Au départ, tout le monde s'élance bien de sa position et le premier virage se passe sans problème. Charles doit cependant sortir large du virage un pour ne pas s'accrocher avec Perez. Hamilton doit jouer d'un beau coup de volant pour ne pas perdre son aileron avant avec Albon.

Au quatrième tour, Hamilton prend le meilleur sur Norris et s'attaque maintenant au cas Albon pour remettre un pied sur le podium. Charles en bataille avec Perez depuis le départ, ne rentre pas dans la zone du DRS et voit Sainz Jr. dans ses rétroviseurs.

Au huitième tour, Bottas, meilleur temps, a maintenant trois secondes d'avance sur Verstappen. Albon moins rapide visiblement, fait perdre pas mal de temps à Hamilton qui a du mal, même avec son DRS grand ouvert.

Neuvième tour, Hamilton double cette fois Albon. Charles pendant ce temps pointe à 14"643 de Bottas. Vettel, à la porte des points, se bagarre avec Stroll devant lui et Ricciardo juste derrière.

Onzième tour, coup de tonnerre pour la Red Bull de Verstappen : la monoplace numéro 33 est au ralenti. Tout le monde passe devant lui et cela l'oblige à rentrer aux stands pour abandonner.

Au début du quinzième tour, Charles accuse 2"500 de retard sur Perez. Les positions se figent. Vettel ne trouve pas pour le moment l'ouverture sur Stroll et Bottas est sur une autre course et a maintenant sept secondes d'avance sur Hamilton.

Au dix huitième tour, c'est maintenant Ricciardo qui a des problèmes techniques et rentre aux stands pour un nouvel abandon. Pendant ce temps, Vettel dépose littéralement Stroll après le premier virage et est maintenant huitième.

Au vingtième tour, on voit Gasly entrer dans les points et Charles à 1"555 de Perez. Grosjean après un tête à queue dans le virage quatre, repart dernier. Et Stroll au même moment abandonne.

A la fin du vingt deuxième tour, Charles est appelé à son stand pour mettre des gommes dures, mais il reste finalement en piste (intox par rapport à Perez, pour décaler sa stratégie ?).

Vingt sixième tour, c'est Magnussen qui est maintenant victime d'un problème sur son système de freins au bout de la ligne droite, alors en lutte avec Ocon. La Safety Car entre en piste et c'est le rush dans la ligne des stands. Le premier à rentrer chez Ferrari est Leclerc, il chausse des gommes dures. Perez sera certainement pénalisé après une sortie de stand hasardeuse. Charles est toujours sixième et Vettel huitième. Il reste maintenant seize monoplaces en course et nous n'avons pas encore passé la mi course.

Bottas a perdu tout son avantage sur Hamilton. La voiture de sécurité s'efface au trente et unième tour. Valtteri relance très tôt et maintient Lewis dans ses rétroviseurs. Charles en bataille avec Sainz, arrive à le contenir pendant que Vettel s'accroche avec l'Espagnol en voulant lui faire l'intérieur dans le virage trois, il repart quinzième.

Au trente quatrième tour, Charles est entouré par les McLaren. En tête, Hamilton pousse pour dépasser Bottas mais le Finlandais en grande forme ne lui laisse rien. Gasly est maintenant huitième et Ocon à la porte des points.

Quarante troisième tour, toujours les deux flèches d'argents en bataille aux avants postes avec Albon à neuf secondes derrière. Les communications radios s'accélèrent dans le clan Mercedes par rapport à des problèmes qu'occasionnent les passages sur les vibreurs. Vettel est coincé par Räikkönen en quatorzième place. Charles pour sa part est à 2"500 de Perez pour qui aucune pénalité pour le moment n'a été annoncée.

Cinquantième tour, c'est maintenant Grosjean (problème de freins) et dans la foulée Russell qui doivent abandonner. Le Français arrive à rejoindre les stands seul mais l'Anglais, mal arrêté, fait entrer pour la deuxième fois aujourd'hui la Safety Car. Charles rentre et chausse des gommes médiums pour rallier l'arrivée. Vettel lui chausse des tendres. Le gros coup vient de Albon qui met lui aussi des tendres et va pouvoir s'attaquer aux Mercredes toujours en médiums.

Tour cinquante cinq, Bottas gère de nouveau parfaitement la relance, Albon passe Perez mais au même moment en queue de peloton, c'est Räikkönen qui perd une roue dans le dernier virage et vient s'arrêter dans l'échappatoire (le pilote va bien). La Safety Car entre à nouveau en piste pendant que Albon laisse sa place à Perez par précaution.

Au tour soixante et un, Albon a bien récupéré sa troisième place au profit de Perez finalement, la voiture de sécurité s'efface une nouvelle fois, c'est très chaud entre la 44 et Albon puis accrochage entre les deux sur le virage 4. Hamilton reste pour le moment deuxième mais Albon lui repart treizième et bon dernier. Charles maintenant cinquième pointe à moins de une seconde de Norris.

Charles prend le meilleur sur Norris dans le tour soixante cinq et récupère le meilleur tour en piste. Il a des bonnes gommes pour aller chercher Perez et le podium. On sent que la course prend un nouveau rythme.

Un tour plus tard c'est au tour de Perez de s'incliner face au talent de Charles, un dépassement digne de ses années de karting. Voilà nous y sommes, il reste quatre tours, le podium n'est plus un rêve.

A trois tour de l'arrivée, Charles est en mode "chasseur" sur la 44. La pénalité pour unsafe release tombe et Perez sera finalement pénalisé de cinq secondes. De son côté, Albon doit abandonner.

Il reste deux tours, Norris et Perez se touchent dans le virage trois sans gravité, les deux repartent à l'attaque. Charles tient ses 2 secondes sur Hamilton. C'est maintenant Kvyat qui explose un pneu au bout de la ligne droite des stands et occasionne le neuvième abandon aujourd'hui.

A la fin, c'est Bottas qui s'impose, Charles empoche une magnifique deuxième place, Norris prend le record du tour et la troisième place (pour une écurie à la limite de la faillite il y a deux semaines, c'est un beau résultat). Hamilton avec une pénalité de cinq secondes, glisse à la quatrième place pour deux dixièmes.

Un grand merci à Charles pour cette superbe course de reprise avec un gros sang froid, un superbe dépassement et une exploitation de la SF1000 comme on en rêvait. Vivement dimanche prochain.

Classement de la course :
01. V. Bottas
02. C. Leclerc + 2"700
03. L. Norris
04. L. Hamilton
05. C. Sainz Jr.
06. S. Perez
07. P. Gasly
08. E. Ocon
09. A. Giovinazzi
10. S. Vettel + 24"545
11. N. Latifi
Abondons : Kvyat, Albon, Räikkönen, Russel, Grosjean, Magnussen, Stroll, Ricciardo, Verstappen

TOP 5 du championnat des pilotes :
01. V. Bottas : 25 points
02. C. Leclerc : 18 points
03. L. Norris : 16 points (avec le point du meilleur tour)
04. L. Hamilton : 12  points
05. C. Sainz Jr. : 10 points

Classement des constructeurs :
01. Mercedes : 37 points
02. McLaren : 26 points
03. Ferrari : 19 points
04. Racing Point : 8 points
05. Alpha Tauri : 6 points
06. Renault : 4 points
07. Alfa Romeo : 2 points

Déclaration de Charles après l'arrivée :
"Je suis très heureux, c’est comme une victoire. Je ne m’y attendais pas. C’est une belle surprise, je pense qu’on a fait une journée parfaite pour être honnête, pour finir deuxièmes.
Nous avons eu un peu de chance avec la pénalité de Lewis. Il y a eu des accidents ici et là et c’était l’objectif de saisir toute opportunité même si l’on n’avait pas le rythme pour finir à cette place, je pense. Je suis très satisfait mais il y a beaucoup de travail.
Nous sommes encore très loin, et certainement pas là où nous voudrions être, mais tout est possible. Nous avons besoin de rester fort mentalement, l’équipe travaille de manière unie et je suis sûr que nous reviendrons, même si ça prend du temps.
Je voulais être très agressif car à chaque neutralisation, j’avais des difficultés entre les virages 1 et 3, je savais qu'il n'y avait aucune opportunité.
Mais je savais que ma chance viendrait si quelqu’un faisait une erreur et Lando [Norris] a ralenti un peu avec Sergio [Pérez] et j’y suis allé. C’était rude avec Sergio mais j’ai pris du plaisir. Je dirais que c’est une de mes meilleures courses depuis mon arrivée en Formule 1, car je n’ai fait aucune erreur".

Une réflexion sur « F1 - Autriche : un Charles des grands jours ! »

  1. Camilleri a qualifié Charles de superbe ...et qui ne partage pas.
    Seb se noit dans de tristes circonvolutions politiques .
    Bonjour Frank .
    2 eme au championnat . Jamais été si haut . Cote de 100 contre un pour le titre ...je prends ... -)))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *