F1 : Silverstone : deux podiums en quatre courses pour Charles !

Au lendemain d'une quatrième place inespérée pour Ferrari, la stratégie du départ (partir en médiums) semble la meilleure et Charles va tout faire pour ramener de bons points après la déconvenue de la Hongrie. La dégradation sera très importante, c'est la clé de sa course.

Le tour de formation lève le voile sur le choix des pneus :
Seuls les McLaren, les Renault et Vettel sont en pneus tendres (rouges) tandis que les autres sont en médiums (jaunes). Signalons que Hülkenberg doit abandonner avant même le départ car ses mécaniciens ne sont pas parvenu à allumer le moteur de sa Racing Point malgré de multiples tentatives.

Au départ, Hamilton prend un envol plutôt difficile mais il parvient quand même à garder la tête de la course. Charles prend brièvement l'avantage sur Verstappen mais ce dernier reprend son bien dès le virage 4. Plus loin, Albon et Magnussen s'accrochent, provoquant l'abandon du pilote Haas. La Safety Car fait son entrée en piste, le temps de dégager la monoplace du Danois tandis que personne ne s'arrête pour changer de pneus. C'est trop tôt dans la course.

Au restart, Bottas se laisse endormir et Hamilton prend plusieurs longueurs d'avance. Charles résiste à la pression de Sainz qui ne met que deux tours avant de perdre le contact à cause de la dégradation très importante de ses pneus tendres.

Au treizième tour, Kvyat est victime d'une crevaison dans l’enchaînement de Maggots, Becketts et Chapel et vient s'écraser dans les rails de sécurité à plus de 300km/h. Fort heureusement, le Russe n'est pas blessé mais il semble bien sonné. La Safety Car entre de nouveau en piste tandis que Ricciardo, Norris, Vettel, Ocon, Giovinazzi, Gasly, Albon, Russell, Räikkönen et Latifi rentrent aux stands pour changer de pneus. Au tour suivant, le double arrêt des Mercedes se déroule comme du papier à musique. Même chose pour Verstappen et Charles qui conserve sa quatrième place. Seul Grosjean (cinquième) ne s'est pas arrêté et tente un coup de poker.

Au deuxième restart, le Monégasque subit légèrement la pression de Grosjean mais parvient à prendre le large après deux tours. Pendant ce temps, Norris dépasse Ricciardo par l'extérieur, c'est superbe !

Au vingt-troisième tour, Charles devance de nouveau Sainz. L'Espagnol a dépassé Grosjean mais en dix tours, l'écart grimpe à 5 secondes. Au quarantième tour et tandis que le Monégasque semble solidement accroché à sa quatrième place, Gasly prend l'avantage sur Vettel pour la onzième place. L'Allemand est à la dérive avec un moteur en mode 3 alors que celui de Charles varie entre le mode 1 et 2. Aurait-on décelé un souci de moteur ?

A deux tours de l'arrivée, coup de théâtre, Bottas est victime d’une crevaison devant les stands ! Le temps de faire un tour entier de piste sur trois roues et voilà Charles sur le podium provisoire ! Le Monégasque le tient d'une main ferme puisque Sainz (qui était à 5 secondes) crève à son tour.

Dans le dernier tour, Red Bull pense que Verstappen ne peut pas faire mieux qu'une deuxième place et rappelle son pilote aux stands pour tenter d'avoir le point du meilleur tour. Quelques instants plus tard et alors qu'il a course gagnée, Hamilton crève également ! Le Britannique a plus de chance que son équipier, puisque ça se passe après la première moitié du circuit et surtout après l'arrêt de Verstappen qui retombe à 35 secondes. Sous le drapeau à damiers, il parvient quand même à remporter sa quatre-vingt-huitième victoire et il peut surtout remercier Dieu pour son aide.

Verstappen termine deuxième (à 5 secondes) et sans son arrêt, il aurait gagné la course. Comme quoi, tout peut arriver en F1. Il y a déjà eu des crevaisons dans les derniers tours par le passé (2013) et il nous paraît assez étrange que des équipes telles que Mercedes ou Red Bull n'aient pas anticipé ça, tant ils avaient de l'avance les uns sur les autres.

Enfin, Charles monte sur son deuxième podium en quatre courses. Une chose totalement impensable quand on sait le niveau de performance très moyen de la SF1000 cette année. Il n'empêche qu'on annonçait des Ferrari complètement larguées, à plus d'un tour des premiers mais il n'en a rien été. Charles a très bien géré sa dégradation et a su baisser son rythme quand il le fallait afin de rallier l'arrivée sans la moindre casse. C'est aussi là que l'on reconnait les grands champions.

Au championnat, le suspens en prend un coup : Hamilton a désormais 30 points d'avance sur Bottas. En terminant quatrième, Charles se rapproche de la quatrième place de Lando Norris. S'il parvient à la prendre et à la garder jusqu'au bout de la saison, ce sera déjà une belle récompense tant il n'est pas aidé par sa voiture.

La prochaine course se déroulera de nouveau à Silverstone, avec des pneus encore plus tendres. A voir si Pirelli et la FIA maintiennent leur choix suite aux crevaisons d'aujourd'hui.

Classement de la course : 

01. L. Hamilton (Mercedes) Vainqueur
02. M. Verstappen (Red Bull)
03. C. Leclerc (Ferrari)
04. D. Ricciardo (Renault)
05. L. Norris (McLaren)
06. E. Ocon (Renault) 
07. P. Gasly (Alpha Tauri)
08. A. Albon (Red Bull)
09. L. Stroll (Racing Point)
10. S. Vettel (Ferrari) 
11. V. Bottas (Mercedes)
12. G. Russell (Williams)
13. C. Sainz (McLaren)
14. A. Giovinazzi (Alfa Romeo)
15. N. Latifi (Williams)
16. R. Grosjean (Haas)
17. K. Räikkönen (Alfa Romeo)
18. D. Kvyat (Alpha Tauri) OUT
19. K. Magnussen (Haas) OUT
20. N. Hülkenberg (Racing Point) OUT

TOP 5 du championnat des pilotes : 
01. L. Hamilton : 88 points
02. V. Bottas : 58 points
03. M. Verstappen : 52 points
04. L. Norris : 36 points
05. C. Leclerc : 33 points
13. S. Vettel : 10 points

Classement des constructeurs : 
01. Mercedes : 146 points
02. Red Bull : 78 points
03. McLaren : 51 points
04. Ferrari : 43 points
05. Racing Point : 42 points
06. Renault : 32 points
07. Alpha Tauri : 13 points
08. Alfa Romeo : 2 points
09. Haas : 1 points
10. Williams : pas de point

Déclaration de Charles après l'arrivée :
"Je suis très satisfait de finir sur le podium. C'étaient deux derniers tours de folie mais c'est la course et je prends tout ce qui est bon à prendre. Je pense que nous avons tout bien réussi même si nous savons que nous n'avons pas un rythme de course digne de ce nom. Nous avions un appui aérodynamique très agressif ce week-end et ça a marché donc je suis content. Sans l'incident de Bottas, nous aurions fini à la quatrième place, ce qui est un très bon résultat pour nous dans les circonstances actuelles. J'attends de voir ce que dira la FIA pour les pneus du week-end prochain parce que nous devrions avoir des pneus encore plus tendres."