F1 2020 - Nürburgring : Charles en bon stratège malgré tout !

Au lendemain d'une superbe quatrième place en qualifications, on se prend à rêver d'un podium si un des trois pilotes de devant venait à avoir un problème. Signalons que si la météo annonçait des températures plus fraîches qu'hier, elles restent finalement les mêmes.

Le tour de formation lève le voile sur le choix des pneus et il est très simple puisque tous le monde est en pneus tendres (rouges) sauf Vettel, Gasly et Kvyat qui partent en médiums (jaunes).

A l’extinction des feux, Bottas garde l'avantage de sa pole même si Hamilton tente de s'infiltrer à l'intérieur. Les Mercedes ne passent vraiment pas loin de l'accrochage tandis que Charles reste quatrième après avoir mis la pression sur Verstappen dans les deux premiers virages.

Au cinquième tour, Charles est déjà à 7 secondes de Verstappen. Il n'a vraiment aucun rythme avec ses pneus tendres. C'est la douche froide et un dur retour à la réalité. Le Monégasque fait le bouchon sur Ricciardo, Norris et Albon qui est le premier à s'arrêter en tentant l'undercut.

Au tour suivant, c'est au tour du Monégasque de s'arrêter mais trop tard puisque son équipier de 2016 est déjà passé. Au dix-neuvième tour et tandis que Charles est dans la zone DRS d'Hülkenberg (dixième), Bottas abandonne sur problème moteur. C'est le premier abandon d'une Mercedes cette saison. A cet instant de la course, Charles profite de la bataille entre Gasly et Albon pour revenir à moins de trois secondes de ses deux compères.

Au vingt-cinquième tour tout s'accèlère puisque Ocon abandonne sur problème hydraulique et Albon sur un problème inconnu. Charles est huitième et remonte sur Gasly pendant que Norris se plaint à son tour de problèmes de puissance. La fiabilité semble plus précaire lorsqu'il fait très froid.

A la mi-course, Charles dépasse Gasly pour la septième place avant de remonter quatrième avec une stratégie décalée. Si l'on connaissait le plan C, cette course-ci, Ferrari annonce même un "plan D" ! Est-ce que ça voudrait dire qu'il ne s'arrêtera plus et qu'il doit survivre avec ses pneus jusqu'à l'arrivée ?

Au trente-septième tour, il fini par revenir aux stands et repart dixième. Il continue sur les médiums (jaunes) tandis que Gasly qui est juste derrière a choisi les durs (blancs).

A 14 tours de l'arrivée, Hamilton est tranquillement en tête devant Verstappen et Ricciardo qui fait du très bon travail. Mais la Safety Car entre en action le temps de dégager la monoplace de Norris qui a probablement fini par casser son moteur. Chez Ferrari, Charles est à la manœuvre et s'occupe de la stratégie. Il dit à son ingénieur qu'il ne veut pas s'arrêter s'il n'y a plus de pneus médiums (jaunes) à disposition. Il veut continuer avec ceux qu'il a actuellement, même s'ils ont 20 tours. Son ingénieur lui confirme qu'il ne lui en reste plus, il continue.

Au restart, tout le monde reste assez calme mais Charles se fait logiquement et rapidement dépasser par Gasly et ses pneus neufs. Il doit maintenant contenir le retour d'Hülkenberg qui a des pneus tendres neufs.

La fin de course se déroule finalement bien pour Charles puisqu'il distance le remplaçant de Lance Stroll grâce à un meilleur rythme. Une Ferrari avec des pneus très usés résistant à une Racing Point en pneus neufs : ce n'est pas rien !

Sous le drapeau à damier et après une course très tranquille, Hamilton remporte une quatre-vingt-onzième victoire et égalise le record détenu par Michaël Schumacher ! Sans véritable concurrence face à lui, il passera aisément le cap mythique des 100 victoires.

Verstappen termine deuxième mais n'a jamais pu lutter tandis que Daniel Ricciardo tire les marrons du feu et monte sur le podium pour la première fois depuis sa victoire à Monaco en 2018 ! C'est aussi le premier podium de Renault depuis le Grand Prix de Malaisie 2011. Restons quelques instants en France pour féliciter Romain Grosjean, neuvième, enfin dans les points !

Pour en revenir à Charles, son rythme en pneus tendres était très mauvais et c'est ce qui lui a coûté une très belle course. Néanmoins, il a pris les devants en voulant rester en médiums (jaunes) et c'était sans doute la meilleure solution. En repensant à son rythme du début de course, le Monégasque n'a sans doute pas voulu risquer d'avoir le même au restart et finir hors des points. C'est aussi comme ça que l'on reconnaît les grands champions !

Classement de la course : 
01. L.Hamilton (Mercedes) Vainqueur
02. M.Verstappen (Red Bull)
03. D.Ricciardo (Renault)
04. S.Perez (Racing Point)
05. C.Sainz (McLaren)
06. P.Gasly (Alpha Tauri)
07. C.Leclerc (Ferrari)
08. N.Hülkenberg (Racing Point)
09. R.Grosjean (Haas)
10. A.Giovinazzi (AlfaRomeo)
11. S.Vettel (Ferrari)
12. K.Raïkkönen (Alfa Romeo)
13. K.Magnussen (Haas)
14. N.Latifi (Williams)
15. D.Kvyat (Alpha Tauri)
16. L.Norris (McLaren) OUT
17. A.Albon (Red Bull) OUT
18. E.Ocon (Renault) OUT
19. V.Bottas (Mercedes) OUT
20. G.Russell (Williams) OUT

TOP 5 du championnat des pilotes : 
01. L. Hamilton : 220 points
02. V. Bottas : 161 points
03. M. Verstappen : 147 points
04. D. Ricciardo : 78 points
05. S. Perez : 68 points
...
08. C. Leclerc : 63 points
13. S. Vettel : 17 points

Classement des constructeurs : 
01. Mercedes : 391 points
02. Red Bull : 211 points
03. Racing Point : 120 points
04. McLaren : 116 points
05. Renault : 114 points
06. Ferrari : 80 points
07. Alpha Tauri : 67 points
08. Alfa Romeo : 5 points
09. Haas : 3 points
10. Williams : pas de point

Déclaration de Charles après la course :
"Je suis un peu déçu parce que le premier run en pneus tendres n'était pas facile alors que les deux en médiums étaient plutôt bons. On a perdu la course dès les premiers tours puisqu'on a eu du graining sur les pneus. On doit comprendre ce qu'il s'est passé sur les tendres parce qu'on a pas réussi à les faire fonctionner. Je ne suis pas très content de ma course mais c'est comme ça."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *