F1 2021 - Qatar : Ferrari limite la casse !

Dans la foulée du Grand Prix du Brésil, en voici un complètement nouveau : celui du Qatar ! Si Perez en 2009 et Mazepin en 2014 sont les seuls à connaître le circuit, Charles n'a même pas eu le temps de le tester au simulateur. C'est aussi le cas pour la majorité des pilotes.

Vendredi, les essais libres 1 servent uniquement à apprendre la piste. Sainz termine sixième, Charles septième tandis que lors des essais libres 2, les simulations de course vont bon train. Même si les écarts sur la feuille des temps sont très faibles (moins d'une seconde entre P1 et P14), que Sainz termine dixième et Charles treizième après un passage dans les graviers, nous avons facilement pu voir que les Ferrari avaient l'air en forme sur les longs relais. C'est le point positif du jour mais à contrario, nous avons pu constater que le rythme sur un tour rapide n'est pas encore au rendez-vous.

Samedi, les simulations qualificatives sont au programme des essais libres 3 et durant une de celles-ci, Charles part dans les graviers. On sent un Monégasque pas forcément à l'aise sur ce nouveau circuit.

L'après-midi, les qualifications vont mettre tout le monde d'accord.
En Q1, Charles nous fait une première frayeur lorsqu'il se qualifie uniquement dans sa dernière tentative. Durant son tour rapide, il sort un peu large d'un virage et endommage sa monoplace sur un vibreur blanc, réputé pour abimer les voitures.
En Q2 et même avec deux runs en pneus tendres (rouges), il ne parvient pas à se qualifier pour la Q3. Il explique à la radio qu'il ne sait absolument pas où trouver la seconde qui le sépare de Sainz. On saura plus tard que son châssis est fissuré et que ça lui a causé d'énormes pertes de performance.

La Q3 s'élance donc sans Charles mais également sans Perez ni Ricciardo. Le premier run place Hamilton en tête devant Verstappen et Bottas. Dans le deuxième et contrairement à d'habitude, le Britannique s'élance le premier. Une décision qui lui sourit puisqu'il explose son propre chrono de trois dixièmes ! Derrière lui, Gasly casse son aileron avant sur un vibreur et se retrouve presque à l'arrêt en bord de piste. Malgré le drapeau jaune, Verstappen, Bottas et Sainz améliorent leur chrono, ce qui est formellement interdit. Tous trois sont convoqués chez les commissaires mais seul Sainz s'en sort sans pénalité car il a suffisamment ralenti sur la ligne. Verstappen n'a pas cette chance puisqu'il prend 5 places de pénalité tandis que Bottas n'en prend que trois.

Image

Ce dimanche, on peut tout de suite féliciter les mécaniciens Ferrari qui ont travaillé d'arrache-pied pour greffer toutes les anciennes pièces de Charles au nouveau châssis dont il bénéficie aujourd'hui.

Sur la grille de départ, Hamilton devance Gasly et Alonso.
Côté pneus, les Mercedes sont en médiums (jaunes) comme les Red Bull, les Ferrari, Stroll, Ricciardo et Mazepin. Les autres sont en pneus tendres (rouges).

A l'extinction des feux, Hamilton garde logiquement le bénéfice de sa pole position tandis que Alonso prend l'avantage sur Gasly. Derrière, Charles reste treizième en ayant pris soin d'éviter les ennuis.

Le premier relai du Monégasque est assez solide avec les pneus médiums. Il remonte petit à petit mais il est gêné par Sainz qui contrairement à lui, dégringole de plus en plus au classement. Au départ, l'Espagnol était cinquième et au vingt-cinquième tour, il n'y a plus personne entre les deux Ferrari. A cet instant, il n'y a que 4 secondes qui séparent les deux équipiers.

Au vingt-neuvième tour, Sainz s'arrête aux stands mais Charles aussi. Si nous pensions d'abord que Ferrari optait pour un double arrêt, il n'en est rien. Sainz a simplement mal compris le message de son ingénieur et s'est arrêté un tour plus tard que prévu, soit le même que Charles. Malgré ça, les mécaniciens Ferrari font du très bon travail avec un arrêt de 2''2 pour Sainz et 2''4 pour Charles. Voilà qui peut leur donner de la confiance ! Ils repartent dixième et treizième, séparés de 8 secondes.

Le deuxième relais en pneus durs du Monégasque est plutôt bon puisqu'il revient dans le sillage de Sainz. A 15 tours de l'arrivée, il demande à l'équipe d'échanger les positions mais elle refuse, prétextant que les voitures de devant sont trop loin.

Finalement, Ocon et Stroll perdent leur rythme à 5 tours de l'arrivée, ce qui favorise un regroupement. On se dit alors que Charles va pouvoir dépasser Sainz grâce au DRS mais au même instant Latifi crève à son tour, déclenchant la Virtual Safety Car. Tout dépassement étant impossible, le classement n'évolue malheureusement plus jusqu'à l'arrivée.

Sous le drapeau à damier, Hamilton remporte une victoire très facile devant Verstappen, revenu de la septième place. Alonso monte sur le podium au terme d'une très belle course et c'est la première fois depuis 8ans qu'il n'était pas dans les trois premiers.

Plus loin, Sainz termine finalement septième, juste devant Charles. Même si les positions ne sont pas celles que nous voulions, Ferrari marque 10 points, soit 8 de plus que McLaren et ce n'est pas négligeable. Les rouges ont limité la casse, quand McLaren n'a pas su le faire et quand Gasly parti deuxième, ne termine que onzième malgré un rythme d'enfer durant les deux premières journées. Clairement, il y a des équipes plus malheureuses que Ferrari aujourd'hui.

Au championnat pilote, Norris est celui qui perd le plus dans la lutte pour la cinquième place. En effectuant un deuxième arrêt à 6 tours de l'arrivée, il perd les 12 points de la quatrième place et ne marque que les deux de la neuvième.

Classement de la course :
Image

TOP 5 du championnat des pilotes :
01. M. Verstappen : 351,5 points
02. L. Hamilton : 343,5 points
03. V. Bottas : 203 points
04. S. Perez : 190 points
05. L. Norris : 153 points
...
06. C. Leclerc : 152 points
07. C. Sainz : 145,5 points 

Classement des constructeurs : 
01. Mercedes : 546,5 points
02. Red Bull : 541,5 points
03. Ferrari : 297,5 points
04. McLaren : 258 points
05. Alpine : 137 points
06. Alpha Tauri : 112 points
07. Aston Martin : 77 points
08. Williams : 23 points
09. Alfa Romeo : 11 points
10. Haas : pas de point

Déclaration de Charles à l'arrivée :
"Le premier relais a nécessité un peu d'adaptation mais j'étais plutôt content. J'ai dû modifier des réglages sur la voiture mais une fois que j'ai trouvé les bons, tout allait bien. L'écart avec les Mercedes et les Red Bull était ce à quoi nous nous attendions mais ce fut une surprise de voir Alpine et Alpha Tauri aussi forts. Il nous faut comprendre pourquoi ils ont été très forts ce week-end et nous un peu moins."


Photo : ferrarimedia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *