F1 2022 - Autriche : Le retour du Prince !

Si les esprits des tifosi sont encore bouillants après l'épisode anglais de cette saison, Charles et Ferrari arrivent en terre rivale, du côté de Spielberg dans la campagne autrichienne. Il sera essentiel d'observer les prochaines prises de décisions et déclarations autour du Monégasque et de sa malchance qui le suit comme son ombre.

Pour la deuxième fois de l'année, le paddock entre dans un format de week-end modifié. Une course Sprint basée sur les résultats des qualifications du vendredi, détermine la grille du Grand Prix. Il y aura des points supplémentaires à glaner au bout de vingt-quatre tours de circuit. Moins de préparation, plus de risques à prendre, le programme est alléchant !

Vendredi, la seule séance d'essais libres voit les Mercedes dans les chronos des écuries des Ferrari et des Red Bull. Verstappen devance Charles de deux dixièmes. Les qualifications arrivent rapidement et le public néerlandais est à coup sûr un atout pour Verstappen.

Les deux premières phases des qualifications se passent pour le mieux chez les rouges. Charles se classe en haut de la feuille des temps lors des deux sessions, ce qui lui permet de faire le plein de confiance avant la Q3. Notons qu'au milieu des nombreux tours annulés par la direction de course, celui de Sergio Perez ne l'est curieusement pas. Pourtant, il était très clairement dehors des limites de la piste dans son ultime tentative de Q2. Le Mexicain passe en Q3 au détriment de Gasly mais il finit par se faire rattraper par la patrouille après la séance. Ses tours étant annulés, il chute à la treizième place, position où il se trouvait lors de son erreur.

En Q3 justement, les premiers passages sur la ligne sont à l'avantage de Verstappen qui malgré une impression devant les écrans d'un écart en dehors des limites de la piste signe la pole provisoire. Les deux évènements de la séance sont causés par les deux pilotes Mercedes. Hamilton et Russell provoque chacun leur tour un drapeau rouge, pour des sorties de piste. Les flèches d'argent étaient très performantes sur le Red Bull Ring, notamment le septuple champion du monde qui avait potentiellement entre les mains une première ligne pour le Sprint du lendemain.

Avec deux minutes restantes, Charles entame sa dernière tentative mais ne parvient pas à suffisamment améliorer ses secteurs. Il échoue à seulement vingt-neuf millièmes de secondes de son rival Verstappen. Les deux pilotes ainsi que Sainz sont regroupés en quatre-vingt-deux millièmes. Le Monégasque a déclaré à son ingénieur qu'il n'était pas satisfait de son tour, notamment à cause du manque de température dans les pneus lors de sa sortie des stands. Lors de la course Sprint, un maximum de huit points est disponible pour le vainqueur, mais il se concentre davantage sur le Grand Prix, bien mieux rémunérateur.

Classement des qualifications (avant la rétrogradation de S. Perez) :

Malgré l'attente du départ de la course sprint l'après-midi, une seconde séance d'essais libres doit permettre aux pilotes de travailler sur la gestion des pneus. Les monoplaces étant sous régime de parc fermé, très peu de réglages sont autorisés. Charles parvient à finir premier, mais l'essentiel ne se trouve pas là.

Sur la grille de la course sprint, l'ensemble des voitures chaussent des pneus jaunes à l'exception des Williams et des Aston Martin qui ont opté pour les pneus tendres. Après le problème d'allumage de l'Alpine d'Alonso dans le tour de formation, c'est Zhou qui, arrêté sur la piste après le dernier virage, provoque un deuxième tour de chauffe.

A l'extinction des feux, Charles qui est installé sur le côté sale de la piste, s'envole moins bien que son équipier. Ce dernier profite de la place laissée par Verstappen venu tasser le Monégasque pour passer à l'extérieur et prendre la deuxième place. Derrière, c'est Gasly qui chute au classement suite à un contact avec Hamilton. Sainz porte une attaque au virage 3 sur Verstappen mais laisse Charles se porter à sa hauteur. Les deux Ferrari sont à la bataille jusqu'au virage 4. Le Monégasque repasse alors Sainz et débute une résistance de plusieurs tours. Si l'Espagnol attaque sans pouvoir passer, Verstappen en profite pour s'échapper hors de la fenêtre de DRS.

Déjà sous le feu des critiques, Ferrari ne peut que subir le choix de Sainz d'attaquer son équipier alors que ce dernier préservait ses pneus pour la fin de course et tentait de revenir sur le leader. Finalement, les positions restent figées et les deux premières lignes établies après les qualifications sont les mêmes lors du Grand Prix dominical. Le grand gagnant du sprint est Perez, qui remonte à la cinquième place et qui annule en quasi totalité sa rétrogradation de la veille. L'ambiance entre les deux pilotes de la Scuderia Ferrari à la descente des voitures est légèrement tendue, ce qui promet pour le Grand Prix.

Classement à l'issue de la course sprint :

Déclaration de Charles après la course sprint :
"Nous sommes rapides. Nous pouvons les avoir demain. Nous devons juste rester calme sur le premier relais et ne pas se battre en interne. J'étais en train d'économiser mes pneus dans les premiers tours. Je pense que la course va être longue et que la gestion des pneus sera déterminante, davantage qu'aujourd'hui, donc nous ne devrons pas reproduire ce qui a été fait lors du sprint. Nous avons perdu un peu de temps, mais je suis excité pour demain. Le rythme est bon, c'est très positif. La bataille avec Carlos était amusante, à la limite. Un beau combat."

Au départ dimanche, Charles s'envole bien mieux que la veille et peut dès le premier virage se concentrer sur sa lutte avec Verstappen. Sainz se fait quant à lui attaquer par Russell et Perez. Les deux hommes, à la lutte au virage 4, se touchent et le Mexicain envoyé dans les graviers. Devant, Charles se rapproche du leader, la bataille peut commencer !

Au dixième tour, il se montre au virage 3, mais c'est au virage 4 le tour suivant que le Monégasque prend la tête de la course. Verstappen rentre dans la foulée dans les stands et laisse aux deux Ferrari les commandes. Verstappen remonte progressivement jusqu'à la troisième place, à plus de dix secondes de la tête. Ferrari appelle Charles et Sainz au vingt-septième et vingt-huitième. La stratégie est étonnamment bonne et les deux F1-75 doivent faire un arrêt de moins que la seule Red Bull. En effet, les dégâts subis lors de l'accrochage du premier tour sont trop importants et ont contraint le Mexicain à abandonner.

A la mi-course, le Néerlandais s'arrête une seconde fois, comme prévu. Il ressort à plus de vingt secondes de Charles. Hormis une légère gêne commise par Vettel, parti dans les graviers suite à un accrochage avec Gasly, le leader Monégasque, garde un bon rythme de course, surtout que son éternel rival ne parvient pas à gagner suffisamment de temps.

Au cinquantième tour, Charles s'arrête aux stands, treize tours plus tard que Max. Les pneus commençaient à se dégrader, et le pilote a dicté sa stratégie. Trois tour plus tard, Charles dépasse pour la troisième fois Verstappen, sans trop de difficulté, pour la victoire !

Au cinquante-septième tour, la fiabilité de Ferrari fait des siennes… Le moteur de Sainz part en flammes alors que l'Espagnol allait dépasser Verstappen ! Ce sont de gros points qui s'échappent pour l'écurie. Une VSC permet à Charles et Verstappen de chausser des pneus jaunes pour la fin de course. Les deux sont à égalité, avec seulement cinq secondes d'écart seulement.

Pour couronner le tout, le Monégasque se plaint d'un problème sur la pédale d'accélérateur. En effet, elle reste enfoncée de 30% environ sur les freinages. Verstappen, informé de la situation, pousse pour revenir. Les passages de vitesse sont eux aussi compliqués mais malgré tout, il maintient l'écart avec la Red Bull, preuve de sa résistance et de son abnégation.

Au bout des soixante-et-onze tour, Charles Leclerc remporte son cinquième Grand Prix en Formule 1, le premier en Autriche ! Quel stress les supporters ont vécu lors des derniers tours de circuit, mais Charles brise le signe indien et montre à Ferrari qu'il est bel et bien le numéro 1 ! Le clan Red Bull est aussi prévenu, ils auront affaire à un champion jusqu'au bout de la saison !

Classement après la course :

Top 5 du championnat pilotes : 
01. M. Verstappen : 208 points
02. C. Leclerc : 170 points
03. S. Perez : 151 points
04. C. Sainz : 133 points
05. G. Russell : 128 points

Classement des constructeurs : 
01. Red Bull : 359 points
02. Ferrari : 303 points
03. Mercedes : 237 points
04. McLaren : 81 points
05. Alpine : 81 points
06. Alfa Romeo : 51 points
07. Haas : 34 points
08. Alpha Tauri : 27 points
09. Aston Martin : 18 points
10. Williams : 3 points

Déclaration de Charles après la course :
"C’était une très bonne course, le rythme était là et en début de course on s’est bien battu avec Max. La fin de course était très difficile puisque j’ai eu un problème avec l’accélérateur qui était bloqué à 20 ou 30 % dans les virages lents. C’était très piégeux surtout au virage 3, mais j’ai réussi à tenir jusqu’à la fin et je suis très heureux. J’ai eu peur d’un abandon car mon problème est apparu plus ou moins en même temps que celui de Carlos donc bien sûr, je l’avais en tête. Je savais que ce n’était pas un problème de moteur car c’était la pédale qui était bizarre. Heureusement, ça a tenu jusqu’à la fin de la course. J’avais vraiment besoin de celle-là, les cinq dernières courses ont été très difficiles avec des casses moteurs et des erreurs stratégiques. Le faut de montrer que l’on a enfin le rythme avec la voiture est une bonne chose. On doit tout donner jusqu’à la fin de saison !"

N'oubliez pas que nous sommes sur Facebook et sur Twitter !


Photo : Media Ferrari

Une réflexion sur « F1 2022 - Autriche : Le retour du Prince ! »

  1. Leclerc ha guidato fortissimo e nel finale da vero fuori classe! Ritengo che a questo punto della stagione in Ferrari debbano decidersi a nominare Leclerc 1° pilota e Sainz 2°! Se lo faranno e metteranno Sainz ad aiutare Charles, le probabilità di recupero su RB e MV sono consistenti! Ma non credo lo faccciano, vista la faccia per nulla esultante di Binotto inquadrato nell'attimo in cui Leclerc ha tagliato il traguardo! A pensare male................ecc, ecc !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.