F1 2022 - Monza : A un tour du rêve !

S'il y a un rendez-vous sur la planète Formule 1 à ne pas manquer pour les tifosi, c'est bien le Grand Prix d'Italie, sur le circuit de Monza. La Scuderia Ferrari arbore pour son soixante-quinzième anniversaire un jaune "Modène" sur une partie de sa F1-75 ainsi que sur les combinaisons et les casques des deux pilotes, en référence à la ville d'origine du fondateur de la marque, Enzo Ferrari.

Les attentes sont élevées, mais les performances sont malheureusement en deçà des espérances depuis plusieurs courses. Les ingénieurs apportent des améliorations et reviennent même sur des anciennes spécifications aérodynamiques afin de mieux comprendre la monoplace.

Le vendredi est consacré comme toujours aux choix à entreprendre à la fois pour les qualifications et pour le Grand Prix. Même si les temps ne sont pas nécessairement révélateurs d'une hiérarchie, Charles puis Carlos Sainz établissent les meilleurs temps des deux premières séances d'essais libres. Le Monégasque s'intéresse principalement aux virages de la chicane au bout de la ligne droite des stands ainsi qu'aux virages des Lesmo. Si Ferrari et Red Bull sont relativement proches en termes de vitesse de pointe, l'écurie de Verstappen apporte un aileron arrière très chargé aérodynamiquement, facilitant l'approche de la monoplace dans les virages.

La troisième séance d'essais confirme les tendances et voit Verstappen creuser son écart sur un tour dans le deuxième secteur, celui comprenant les virages 4 à 7. Pour les qualifications, le jeu d'aspiration devrait être employé, comme chaque année, pour le gain de la Pole Position. Toutefois pour Charles, le ciel s'est éclairci tout au long du week-end au fur et à mesure des annonces de la FIA concernant les pénalités. Pas moins de neuf pilotes se verront rétrograder sur la grille, dont Verstappen, Sainz et Pérez. Cela offre de grandes chances au Monégasque de partir en Pole le dimanche. Le travail reste encore à faire pour notre champion qui veut certainement célébrer devant ses fans.

En Q1, Charles n'a eu besoin que d'une seule tentative pour assurer sa place pour la session suivante. Le Monégasque a donc le temps pour respecter son rituel en qualifications, c'est-à-dire aller aux toilettes ! La Q2 se passe sans embûches pour les deux Ferrari. Verstappen, tout pénalisé qu'il sera à l'issue des qualifications, fait peur aux spectateurs.

En Q3, les premières tentatives placent Sainz en Pole provisoire, devant Charles. L'Espagnol ne se battant que pour être devant Hamilton, tous deux condamnés au fond de grille, il est étonnant de ne pas le voir aider son équipier. Cela confirme les impressions d'un léger désintéressement de Sainz, il n'a pas ou peu salué les fans présents sur le circuit. A-t-il appris une mauvaise nouvelle le concernant dans l'écurie ? Toujours est-il qu'il que Charles s'élance pour son ultime run. Verstappen et Sainz sont tous les deux dans le coup et jouent crânement leur chance. Sans aucune aspiration, c'est finalement Charles qui signe la Pole Position, la huitième de la saison et la dix-septième de sa carrière en Formule 1 !

Le Monégasque, est d'ores et déjà assuré de battre son coéquipier dans l'exercice du tour rapide. En effet, au bout de seize Grand Prix, le deuxième du classement général a dominé douze fois l'Espagnol. Sur la grille, Charles est accompagné en première ligne de Russell, les deux McLaren de Norris et Ricciardo seront quant à elles à l'affût en deuxième ligne. Verstappen part septième, Sainz dix-huitième.

Classement des qualifications (avant les pénalités) :

Dimanche, les cent vingt-cinq mille personnes présentes sur le circuit affichent un sourire à la hauteur des espoirs portés sur Charles. Après une minute de silence en hommage à la défunte reine d'Angleterre décédée jeudi dernier et l'hymne italien, il est l'heure de monter dans la voiture. Du côté des pneus, Charles et Russell ont des gommes tendres, tout comme Verstappen, De Vries et Ocon. Tous les autres sont en pneus jaunes et devraient se décaler stratégiquement.

Au départ, Charles garde l'avantage de la pole. Verstappen s'envole bien mieux que les pilotes autour de lui et se retrouve deuxième au bout de quelques tours, à un peu plus de deux secondes de Charles. Au neuvième tour, Perez voit son frein avant gauche en feu, mais le Mexicain n'abandonne pas. Le premier évènement de la course intervient au moment où Vettel s'arrête pour abandonner, ce qui provoque une voiture de sécurité virtuelle ! Charles profite de l'occasion et rentre aux stands pour chausser des gommes jaunes. Le Monégasque ressort troisième, juste sous le nez de Ricciardo, et prend avantage des faits de course.

A l'approche de la mi-course, Russell s'arrête pour passer des gommes medium et est imité par Verstappen qui s'immobilise à son tour à la fin de la vingt-sixième boucle. Charles reprend alors les commandes avec dix secondes d'avance sur le champion du monde en titre. Toutefois, le rythme du Néerlandais est tout simplement affolant.

Au trente-cinquième tour, Ferrari voit bien que Charles ne pourra rien faire avec son train de mediums et l'appelle pour mettre des gommes rouges. Encore une fois, l'écurie est réactive et la fin de course est indécise. Malgré cela rien n'y fait et Verstappen ne laisse aucun espoir aux tifosi. Au 48e tour, Ricciardo s'arrête et abandonne et provoque une voiture de sécurité ! Tous les leaders s'arrêtent et une immense bataille s'annonce. C'était sans compter sur une très longue intervention des commissaires, qui condamne tous les espoirs. La course se termine sous drapeau jaune. Giacomo Agostini abaisse le drapeau à damier sous les sifflets des supporters.

Charles a incroyablement bien piloté aujourd'hui, mais laisse sept points supplémentaires s'échapper. Il gagne cependant des points sur Perez et tous les autres pilotes. Le Grand Prix n'était peut-être pas fantastique, mais plaisant malgré tout. La fin de course est un acte manqué, c'est dommage. Rendez-vous dans deux semaines, à Singapour !

Classement du Grand Prix d'Italie :

Top 5 du championnat pilotes : 
01. M. Verstappen : 335 points
02. C. Leclerc : 219 points
03. S. Perez : 210 points
04. G. Russell :  203 points
05. C. Sainz : 187 points

Classement des constructeurs : 
01. Red Bull : 545 points
02. Ferrari : 406 points
03. Mercedes : 371 points
04. Alpine : 125 points
05. McLaren : 107 points
06. Alfa Romeo : 52 points
07. Haas : 34 points
08. Alpha Tauri : 33points
09. Aston Martin : 25 points
10. Williams : 6 points

Charles à la sortie de sa monoplace :
"La fin est frustrante. C'est dommage, j'espérais pouvoir offrir mieux. On ne savait pas ce que Max allait faire sous voiture de sécurité virtuelle donc on a tenté de s'arrêter mais elle s'est arrêté trop tôt et on a perdu l'avantage de s'arrêter. Notre rythme n'était pas si mauvais que ça, il faut qu'on travaille davantage. J'ai poussé jusqu'à la fin mais ce n'était pas assez. Ne pas faire de deuxième arrêt aurait pu être une possibilité si la VSC ne s'était pas arrêté quand nous étions dans les stands, mais sinon cela aurait été trop compliqué, il revenait à six ou sept dixièmes par tour. De mon point de vue, je n'ai pas compris pourquoi on faisait un dernier tour sous voiture de sécurité mais je n'ai pas vu les images."

N'oubliez pas que nous sommes sur Facebook et sur Twitter !


Photo : Media Ferrari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.