F1 - Melbourne : le vent pose des difficultés aux Ferrari

C'est enfin le coup d'envoi de la saison 2019 alors accrochez vos ceintures parce qu'avec Charles chez Ferrari, ça risque d'être du très beau spectacle !

Malheureusement, la fête du premier Grand Prix est un peu gâchée avant même d'avoir démarrée puisque le monde de la F1 pleure la disparition de Charlie Whiting. Directeur de course depuis 1997 et présent dans la discipline depuis plus de 40 ans, il a été l'un des piliers de la F1 en matière de sécurité. Il est aussi à l'origine du halo, ce dispositif que tout le monde trouvait hideux mais qui a déjà fait ses preuves en sauvant la vie de Charles l'an dernier.

La journée démarre avec les essais libres 1 et l'entrée en piste de Kimi Räikkönen pour un tour d'installation. Charles fait la même chose quelques secondes plus tard mais il faut attendre presque 30 minutes pour le voir signer son premier tour chrono (1'28''497), le temps que les plus petites équipes nettoient la piste pour les gros bras. Le Monégasque améliore en 1'26''464, 1'25''939 avec ses pneus tendres (rouges). A la fin de son premier relais, il devance Vettel de quelques petits dixièmes mais pour l'instant, les Ferrari ne cherchent pas la performance.

A 25 minutes du drapeau à damiers, Charles améliore en 1'23''673 et se rapproche à moins d'un dixième de Lewis Hamilton tandis que Vettel vient s’intercaler entre les deux hommes.

Cinq minutes plus tard, Alex Albon part en tête à queue au deuxième virage et tape le muret par l'arrière puis par l'avant. Miraculeusement, seul son aileron avant est arraché, le reste de la voiture est intact.
Le pilote Toro Rosso peut revenir tout seul vers les stands, un endroit que Nico Hülkenberg n'a quasiment pas quitté puisqu'au terme de cette première séance, il n'a couvert que 11 tours à cause d'un problème sur la programmation de son boitier électronique. En fond de peloton, Norris est dix-huitième et devance les Williams de deux secondes. Le début de saison promet d'être très compliqué pour l'équipe de Grove.

Lors des essais libres 2, il faut attendre la mi-séance pour voir les Ferrari signer de vrais chronos. Si Hamilton (1'22''600) et Bottas (1'22''648) continuent de faire parler la poudre, les Ferrari sont en pleine simulation de course avec des pneus tendres (rouges) puis en durs (blancs) avec Charles lors de la dernière partie de la séance. Il est le seul avec les Racing Point (anciennement Force India), Giovinazzi, Kubica et Hülkenberg à avoir monté ce type de gommes cet après-midi.

Sous le drapeau à damiers, les Mercedes gardent logiquement le meilleur temps devant les deux Red Bull. Vettel est cinquième mais il accuse presque 9 dixièmes de retard sur son rival pour le titre. Neuvième, Charles est deux dixièmes moins rapide que son équipier et bien malin sera celui qui pourra prédire à quel point telle ou telle équipe cache son jeu en cette première journée de travail.

Notons sa petite frayeur dans la dernière minute avec un tête à queue sans conséquence et le "No Power" répété de Pierre Gasly qui pourrait bien réveiller les vieux démons de l'écurie Red Bull.

Déclaration de Charles :
"La première séance a été très positive, j’en suis très content. La deuxième l’a été un peu moins, on a eu plus de difficultés. Le vent s’est levé et on a eu plus de mal, mais on ne panique pas. On essaie de voir ce qui ne va pas, on a des idées sur ce dont il s’agit et on espère régler tout ça avant demain. Nous ne sommes pas à fond, c’est sûr. On verra en qualifications ou nous sommes. mais c’était une séance plus difficile. Si vous me demandez si nous sommes en train de paniquer, non pas encore."