F1 - Shanghai : problème mécanique pour Charles, aileron illégal pour Mercedes !

Deux semaines après avoir clairement montré de quoi il était capable, Charles veut maintenant concrétiser en espérant que la mécanique tienne le coup. Chez Ferrari, on a joué la sécurité puisque l'écurie Italienne a changé les circuits du boîtier de contrôle du système d'injection des deux voitures. Signalons que les écuries n'ont le droit qu'à deux boîtiers pour l'ensemble de la saison avant de risquer une pénalité de 10 places sur la grille.

Le ciel est gris lorsque démarrent les essais libres 1.
La première demi-heure est très calme et l'on constate déjà que les programmes Mercedes et Ferrari sont différents. Si les hommes en gris se portent en tête avec des pneus tendres (rouges), les Ferrari sont toutes les deux en médiums (jaunes).

Bien qu'avec des gommes plus dures, Vettel signe le meilleur temps en 1'33''911, deux dixièmes devant Hamilton et Charles qui rappelons-le, est également avec des gommes plus dures. Verstappen est quatrième devant Bottas.

Au terme de cette première séance où les meilleurs temps sont à trois secondes de ceux de l'an dernier, les Ferrari semblent à l'aise surtout quand on voit à quel point elles sont collées au sol.

La séance d'essais libres 2 est à peine plus parlante au niveau des chronos. Chez Ferrari, Vettel démarre avec les pneus durs (blancs), exactement comme Bottas. Par contre, Hamilton et Charles sont en médiums (jaunes).

Lors du premier run, Vettel signe le premier temps de référence en 1'34''783 mais grâce à ses pneus, Charles n'a aucun mal à être bien plus rapide et améliore en 1'34''271. Quelques minutes plus tard et après être parti en tête à queue dès la sortie des stands, c'est Hamilton qui améliore (1'34''226) mais pour moins d'un dixième.

Si le second run voit une nouvelle fois Vettel (en tendres) signer le meilleur provisoire en 1'33''357, Bottas fait légèrement mieux en 1'33''330. Charles, également en tendres, démarre une simulation de course mais son équipe le rappelle aux stands dès le sixième tour.

Les mécaniciens du Monégasque rentrent la voiture dans le garage et enlèvent le capot moteur. La Scuderia détecte une fuite du liquide de refroidissement, mettant ainsi un terme prématuré à sa séance.

Au soir de cette première journée, les Mercedes semblent un peu plus rapides que Vettel sur les longs relais alors que le rythme de Charles reste une inconnue.

Par contre, la FIA a contrôlé l'aileron avant des flèches d'argent et l'ont déclaré illégal. Elles devront donc s'en passer pour les qualifications et la course et seront forcées de revenir à la version déjà vue à Bahrein. Reste à savoir quel était le gain procuré par celui-ci.

Du côté des rouges, la fiabilité fait encore défaut et c'est encore la voiture de Charles qui est touchée. Pour la voiture numéro 16, le week-end démarre un peu comme celui de Bahrein s'est terminé même si l’unité de puissance n’a subi aucun dégât et pourra être utilisée à nouveau pour la suite du week-end.

Déclaration de Charles :
"La deuxième séance na pas été géniale et il nous a fallu nous arrêter pour des vérifications sur quelque chose au niveau de l'huile. Nous allons surveiller cela mais ce n'est pas un gros souci. Au niveau performance, nous sommes au niveau. L’après-midi, nous n’avons pas eu de tour clair donc il n’y a pas d’intérêt à regarder la performance, mais je suis satisfait de la voiture. On doit encore travailler sur l’équilibre mais ça devrait aller pour demain. En termes de compétitivité, c’est un peu similaire à Bahreïn et c’est rassurant. L’Australie est oubliée mais il y a encore quelques secteurs que nous pouvons améliorer. Dans d’autres, nous sommes très forts. Je m’attends à ce que ce soit serré demain et dimanche aussi donc il faut continuer à travailler pour améliorer les performances de la voiture et, pour moi, le ressenti que j’en ai."