F1 2022 - Melbourne : le Grand Chelem pour Charles !

Après une petite pause suite aux deux premières manches de la saison, nous retrouvons Charles à l'autre bout du monde, à Melbourne, en Australie. Le Monégasque, fort de ses deux excellentes sorties au Moyen-Orient, arrive en tant que leader du championnat des pilotes. Deux ans après l'annulation du Grand Prix pour les raisons connues de tous, les écuries doivent appréhender un tracé remanié, conçu pour faciliter les dépassements et accentuer le spectacle.

Les essais libres :
Le week-end débute dans la lignée du début de saison. Charles est serein et sa monoplace reste performante dans les virages lents et les réaccélérations même s'il déclarera que la journée de vendredi fut complexe à appréhender pour lui. Dans les trois séances, il est respectivement P2, P1 et P2. La Ferrari est certes rapide mais les deux Red Bull sont elles aussi très performantes, notamment dans les lignes droites.

Les qualifications :
En ce samedi, le fameux marsouinage (les rebonds de la monoplace causés par l'aérodynamisme) est particulièrement présent sur la Ferrari. Toutefois, cela semble convenir à Charles qui réalise le troisième temps de la Q1, derrière les Red Bull qui s'affirment comme des adversaires plus que coriaces. A noter la suspension de la session due à l'accrochage entre les deux Canadiens de la grille Latifi et Stroll, ce dernier étant responsable puisqu'il donne un coup de roue à son compatriote. Frustration ou inattention, nous vous laissons juger…

En Q2, la tendance se confirme sur une lutte à quatre pour la pole position. Il se classe P3 au bout d'une session marquée par le coucher du soleil aveuglant Charles mais également Verstappen ou Hamilton pour ne citer qu'eux.

La Q3 débute et alors que Charles signe la pole provisoire, Alonso est victime d'une fuite hydraulique et termine dans le mur du virage 12. L'Espagnol est une nouvelle fois malchanceux, tout comme Sainz qui n'a pas pu boucler son tour à cause du drapeau rouge brandi lorsqu'il était à moins de 100 mètres de la ligne.

A la reprise, Verstappen signe un très bon temps mais il est aussitôt battu par Charles de quasiment trois dixièmes ! Le Monégasque signe sa onzième pole position en catégorie reine et sa vingt-septième en monoplace. Il le fait d'une belle manière, surtout sur une piste où il ne se sentait pas particulièrement à l'aise avant le début des qualifications. Il devance pour la troisième fois de la saison son coéquipier qui, à cause de problèmes sur la voiture, ne peut faire mieux que neuvième.

Résultat des qualifications :

Dimanche, les pilotes choisissent en grande majorité de partir avec des pneus mediums (jaunes), à l'exception des Espagnols Sainz et Alonso, en pneus durs (blancs). Au départ, Charles parvient à retenir Verstappen et termine le premier tour en tête. Le rythme est très rapidement satisfaisant et le Néerlandais est décroché. Toutefois, Ferrari n'est pas pleinement comblée puisque Sainz part à la faute et est contraint à l'abandon. La voiture de sécurité entre en piste et s'efface à la fin du sixième tour.

Le premier relais de Charles est largement meilleur que tout le monde. Le Monégasque parvient à creuser un écart de sept secondes avant la vague d'arrêts aux stands. La course est une nouvelle fois interrompue puisque Vettel heurte le mur avec son Aston Martin et conclut un week-end plus que désastreux. A la fin du vingt-sixième tour, la relance est ordonnée mais le leader a eu peur ! En effet, un gros sous-virage avec sa monoplace permet à Verstappen d'être menaçant et de se porter à la hauteur du pilote Ferrari. Ce dernier parvient à mettre à l'écart son rival et accentue tour par tour son avance.

L'évènement majeur du Grand Prix intervient au trente-huitième tour lorsqu'une panne de moteur brise les rêves de podium de Verstappen. Il abandonne pour la deuxième fois en trois courses et laisse entrevoir une victoire rouge. Contrairement aux deux interruptions précédentes, c'est une voiture de sécurité virtuelle qui permet à Charles de maintenir son écart avec Pérez. Derrière, ce sont les deux Mercedes qui arrivent à maximiser les points en ce début de saison, Russell devant Hamilton.

La fin de course est moins rythmée mais ce n'est pas pour autant que le leader de la course souhaite se reposer : il souhaite réaliser le meilleur tour en course, demande à ses ingénieurs si cela est possible. Ces derniers l'exhortent à ne pas le faire, à raison puisqu'il le détient déjà ! Preuve que le pilote est survolté au volant de sa monoplace.

Charles signe donc logiquement sa seconde victoire de la saison, sa quatrième en Formule 1 et sa vingtième en monoplace. Il creuse l'écart avec tous ses poursuivants au championnat. Il inflige un 26-0 à Verstappen et à Sainz.

Le week-end est sublime pour Charles, qui réalise un grand chelem (pole position, victoire, tous les tours en tête et meilleur tour en course). Il est également très bon pour Ferrari qui ne parvient pas à avoir les deux pilotes dans les points, mais qui poursuit son début de saison prometteur avec notamment une fiabilité qui fait ses preuves.

Classement de la course :

Classement du championnat des pilotes :
01. C. Leclerc : 71 points
02. G. Russell : 37 points
03. C. Sainz : 33 points
04. S. Perez : 30 points
05. L. Hamilton : 28 points
06. M. Verstappen : 25 points
07. E. Ocon : 20 points
08. L. Norris : 16 points
09. V. Bottas : 12 points
10. K. Magnussen : 12 points

Classement du championnat constructeurs :
01. Ferrari : 104 points
02. Mercedes : 65 points
03. Red Bull : 55 points
04. McLaren : 24 points
05. Alpine : 22 points
06. Alfa Roméo : 13 points
07. Haas : 12 points
08. Alpha Tauri : 10 points
09. Williams : 1 point
10. Aston Martin : 0 point

Réaction de Charles au micro de L.Dupin :
"On était très rapides, avec une bonne gestion des pneus même si on avait peur du graining. La voiture était juste parfaite. Cela fait plaisir de voir notre place au championnat. C'est dommage pour Max, les gens peuvent penser le contraire mais ce n'est pas comme ça qu'on veut gagner. Cela souligne le grand travail de Ferrari, nous n'avons aucun problème. Je ne peux que remercier les gens à Maranello. A Imola, cela va être spécial d'arriver en tête du championnat."

P.S : N'oubliez pas de nous suivre sur Twitter, c'est très important pour nous ! :)


Photo : Media Ferrari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.